img

Politique

Le sujet a alimenté le débat politique dans la presse faisant des gros titres des médias.

Le «rapprochement» entre l'ancien président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila et son ex-allié Moïse Katumbi devenu l'un de ses plus farouches opposants ne cesse de susciter des réactions.

Cette initiative «des leaders Katangais» est diversement appréciée par les observateurs de la vie politique congolaise.

Dans une tribune publiée ce jeudi à Kinshasa dont une copie est parvenue à election-net.com, l'ancien présentateur vedette des émissions à Digital Congo, la chaîne de télévision de la famille Kabila, Claude Péro Luwara estime que ce «rapprochement» entre Joseph Kabila et Moïse Katumbi ne pourra profiter qu'au premier qui voudrait tendre un piège au second.

Ci dessous l'intégralité de la Tribune

Réunis dernièrement pour honorer leur frère Ilunkamba nommé Premier Ministre, certains notables katangais ont avancé une idée "ingénieuse", celle de réconcilier deux leaders katangais à savoir, Joseph Kabila et Moïse Katumbi Chapwe.

Cette idée, en apparence ingénieuse, est, à ne point douter, un vrai traquenard qui va se refermer sur la gueule de Katumbi, s'il n'y prend garde et cède aux avances des émissaires déguisés de Kabila.

Pour étayer ma réflexion, j'aborderai d'abord quelques aspects liés au contenu sémantique des concepts avant de revenir sur le fond.

Leaders Katangais.

Depuis des lustres, le Katanga, conscient de sa position stratégique, liée notamment à la richesse de son sous-sol, a toujours pris au sérieux ce concept de leader à qui il a souvent donné le rôle des pères fondateurs et de socle de "valeurs katangaises".
Ce statut a souvent été conforté par l'ancrage de ses porteurs à la terre katangaise mais aussi par le charisme de ces derniers qui charrient des combats, parfois erronés, mais dans lesquels le Katangais s'accroche. La sécession prônée par Moïse Tshombe ou le discours belliqueux, que je m'empresse de condamner ici, de Kyangu Wa Kumwanza contre les Kasaïens en sont des illustrations parfaites.

A la lumière de cette vérité, il est erroné, de notre point de vue, de considérer Joseph Kabila comme un leader katangais. Je mets vite un bémol à mon affirmation en reconnaissant à l'homme de Kingakati le statut de leader katangais, c'est tout de même un ancien Chef de l'État, mais de fait, le distinguant ainsi du leadership de souche.

En effet, né à Hewa bora dans le territoire de fizi, Joseph Kabila, n'a pas d'ancrage dans le Katanga. La lutte de son père Mzee LD. Kabila l'a éloigné du terroir katangais où il n'a ni vécu encore moins grandi. Ce qui justifie les élucubrations de Ngoie mukena qui dit l'avoir vendu comme Katangais. Sa destinée et surtout son passage à la Présidence de la République, dans un pays où les élans ethno- tribaux sont encore prononcés, l'ont amené à atterrir au Katanga.


Ainsi, Joseph Kabila deviendra un leader katangais d'adoption ou, comme sus évoqué, de fait. D'ailleurs, Gabriel Kyungu, dans sa tonitruance, se délectera de le lui rappeler de temps en temps.

Malheureusement, dans cette situation qui s'apparente à un jeu de je t'aime moi non plus, Joseph Kabila, en 18ans, n'a pas travaillé pour s'incruster dans le coeur des Katangais, au point de passer du statut de leader de fait à celui de leader de souche.
Ce même péché, Kabila le répétera également au plan national.

Dans son clan, les Kabilas en vue, notamment sa soeur jumelle Jaynet Kabila et son frère cadet Zoe Kabila s'engouffreront dans ce même sillon, laissant parfois un goût amer à la plupart de Congolais qui n'ont pas hésité de qualifier parfois le règne de leur frère de régime d'occupation.

Mais contrairement à Kabila, fort est de constater que Moïse Katumbi est, lui, un leader naturel, souche du Katanga. Né à Kashobwe dans le Katanga profond, l'homme a fait ses classes dans la terre katangaise. Issu d'une famille de bonzes economiques katangais, Katumbi a su surfer sur l'aura de sa famille pour se frayer un boulevard dans le coeur des Katangais. L'icône de Kashobwe, a réussi à asseoir son nom par des actions visibles et la conduite du TP Mazembe, le plus grand club de football du pays lui a encore procuré une notoriété incontestée, le propulsant au rang des hommes, si pas de l'homme le plus populaire de la Rdcongo.

Cette gymnastique intellectuelle sur le leadership était importante, du fait qu'elle établit clairement qu'à l'heure actuelle, Katumbi a plusieurs pas d'avance comme leader katangais sur Joseph Kabila. A ce titre, fort est de constater que ce possible rapprochement entre les deux hommes, avec le label des leaders katangais profiterait plus à Kabila qu'à Katumbi.

Ayant déblayé le terrain, je voudrais aborder le fond de ma réflexion en réaffirmant ici que ce possible rapprochement est un piège contre Katumbi.

En effet, tout observateur averti de la scène politique congolaise sait que les relations entre Kabila et Katumbi sont passées de l'adversité pour loger à ce moment à la lisière de la haine. En fin stratège, Kabila sait que son meilleur ennemi Katumbi lorgne sur le poste de Porte-parole de l'Opposition, disposition constitutionnelle qu'il a refusée d'appliquer pendant ses deux mandats. Le moment choisi n'est pas un hasard. Si Moïse Katumbi accepte cette "réconciliation", le piège se refermera certainement sur lui car il passera pour un faux Opposant, homme et proche de Kabila, étant venu faire un tourisme dans le rang de l'Opposition. Katumbi sera ainsi discrédité et sa légitimité en tant Porte-parole de l'opposition en sortira très fragilisée.

Une autre hypothèse peut expliquer la malice de Kabila, c'est la perspective 2023. Ayant approché Félix Tshisekedi, l'homme de Kingakati s'est certainement rendu que le fils du leader maximo est happé par les avantages de l'exercice du pouvoir et ignorer complètement le devoir de travailler pour le consolider et le conserver.

En outre, l'UDPS, minée par des guerres et l'envie de se retrouver de ses leaders, est plongée dans une somnolence dévastatrice , assassine du parti du patriarche Étienne Tshisekedi.


Le seul danger qui plane ainsi à l'horizon 2023 reste incontestablement Moïse Katumbi. L'avoir avec soi serait donc une bonne occasion pour Kabila pour, soit l'utiliser dans l'optique d'un possible retour à la Vladimir Poutine, ou alors, s'assurer la protection d'un ennemi converti en allié tant, Kabila sait que ses 18ans de règne trainent beaucoup de cadavres dans le placard.

Une telle hypothèse ne servirait nullement Katumbi qui passerait pour un traître aux yeux de l'opinion qui a vomi Kabila et garde encore une dent contre l'auteur des slogans 5 Chantiers et Révolution de la modernité.

Exposant cette chronique aux intempéries de la critique, je pense que Katumbi doit ouvrir l'oeil et être prudent. Ce deal de la kabilie sous la bannière déguisée de réconciliation des leaders du Katanga, mené par des émissaires de shina rambo, cache un autre coup du Chef du Fcc. Dans cette pseudo réconciliation, Moïse Katumbi a tout à perdre.

Claude Pero Luwara

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate