img

Actualités

Politique

le département d’État américain en matière d’immigration obligent depuis ce 1er juin 2019 à tous les demandeurs de visas à communiquer toutes les informations de leurs réseaux sociaux.

On était déjà prévenus : notre vie privée numérique ne sera plus un secret pour l'immigration américaine.

Selon la chaine BBC, presque tous les demandeurs de visas américains devront dès aujourd'hui soumettre leurs mots de passe connectés aux réseaux sociaux conformément aux nouvelles règles adoptées.

Cette loi qui frappe aussi les congolais, obligent tous les demandeurs de visas à renseigner les informations suivantes :  

  • Les noms d'utilisateur/noms de compte utilisés sur les réseaux sociaux lors des cinq dernières années.
  • Les adresses e-mails utilisées lors des cinq dernières années.
  • Les numéros de téléphone des cinq dernières années.

Lorsque la loi était adoptée l'année dernière, les autorités américaines avaient estimées que la propositiom toucherait 14,7 millions de personnes par an.

Exemple d'un visa américain.

Cependant, certains diplomates et officiels seront exemptés des nouvelles mesures.

Toutefois, les personnes se rendant aux États-Unis pour travailler ou étudier devront transmettre leurs informations. "Nous travaillons constamment à la recherche de moyens qui peuvent améliorer nos processus de filtrage d'informations afin de protéger les citoyens américains, tout en apportant un soutien légitime de touts déplacements aux États-Unis", a indiqué le département américain.

Un durcissement de la politique migratoire vis à vis des africains?

Cette mesure, est appliquée, pour permettre aux États-Unis de se constituer une base de données sans commune mesure. Et celle-ci a dû passer par une consultation publique de 60 jours qui a permis aux Américains d’exprimer leur opinion sur la nouvelle loi.

Par ailleurs, toute personne qui aurait des intentions à mentir sur son utilisation des réseaux sociaux , pourrait faire face à de "graves interditions" d'accès au territoire américaine , rappel un journaliste du média The Hill.

La rédaction

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate