img

Sécurité

VOA Afrique Le chef rebelle du groupe armé Nyantura s’est rendu à l'armée congolaise à Masisi dans le Nord-Kivu. Ce dernier a déposé les armes avec environ 200 autres miliciens. Les autorités militaires les ont présentés à la presse ce mercredi 17 avril au camp de Mubambiro. Les désormais ex-combattants, ont favorablement répondu à l'appel du président de la République ,Félix Tshisekedi qui  avait lancé un appel à l'endroit de  tous les groupes armés de  déposer leurs  armes. Ces ex-combattants ont aussi demandé aux autres insurgés  qui ne l'ont pas encore fait d'emboiter leurs  pas . «Nous sommes des enfants de ce pays. les armes que nous détenons ne nous appartiennent pas,Nous devrions les remettre au gouvernement et venir participer à la reconstruction de notre pays Nous étions des rebelles, Nous n'étions plus considérés comme des fils de ce pays. Maintenant, nous voulons être reconnus comme de vrais Congolais », on t-ils déclaré.  Le porte-parole des FARDC du secteur opérationnel  Sokola 2, le Major  Ndjike Kaiko Guillaume, indique que ces ex-combattants se sont rendus avec 63 armes dont 57 AK47, 2 PKM, 1 Mag du type belge, 1 LPG7, 1 mosaire, 1 mi-section et plusieurs munitions de guerre. Ce groupe était composé d'environ 500 hommes indique  son chef et dit être  en contact permanent avec ceux qui sont restés en brousse estimé à plus ou moins 300 hommes. L’armée congolaise invite  tous les autres groupes armés à déposer également leurs armes car c'est  un signal fort,  selon le major Ndjike Kaiko Guillaume qui rappelle à ces derniers que le commandant suprême des FARDC a déjà mis à la disposition de l'armée tous les moyens tant matériels qu’humains pour que les FARDC constituent réellement un rouleau compresseur devant tous les détenteurs illégaux d'armes à feu. Olivier Kalume

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate