img

Sécurité

Politique

Actualités

L'assemblée nationale poursuit l'examen de la loi électorale quand bien même les forces politiques et sociales de l'opposition insistent sur un consensus. 

Me Grâce Tshiunza, révèle que cette nouvelle loi initiée par le G13 pourrait être une des meilleures lois. Et ce, grâce à son caractère inclusif.

Ce coordonnateur de la dynamique impunité souligne que celle-ci pourrait permettre à toute la population de participer aux prochaines élections. 

Dans sa nouvelle tribune, l'activiste note que le président du MLC Jean-Pierre Bemba et Franck Diongo, et d'autres acteurs politiques condamnés peuvent revenir sur la scène électorale.

La prise en compte de cette proposition sera sans nul doute, une option qui rendra efficace le scrutin de 2023.

"Parce que la présente proposition est la meilleure des lois électorales que nous avions connues en RDC sous Kabila'', explique t-il.

Ci-dessous l'intégralité de la tribune de Me Grâce Tshiunza:

Les Kabilistes et leurs alliés ne pensent que sur leur accès au pouvoir, en passant outre l’intérêt du peuple congolais. Bien que dans une démarche politique l'on n'obtient pas tout au même moment, cette proposition de loi est une victoire pour l’ensemble du peuple. Ce, contrairement aux dialogues et consensus cherchés par les Kabilistes unifiés. 

Cela ne va nullement profiter au peuple car les initiateurs sont à la recherche de leurs intérêts égoïstes.

Notons que la proposition de la loi électorale de 2022 a été au centre des préoccupations des élus du peuple. 

Plusieurs options sont levées en faveur de la démocratie. C’est une loi particulière par rapport aux précédentes lois électorales sous KABILA où la démocratie était étouffée au profit d’un seul homme, estime plus d'un analyste:

1-/S’agissant des condamnés politiques qui n’avaient plus droit aux compétitions électorales, une option a été levée en leur faveur. C’est-à-dire, JP. BEMBA, Franck DIONGO, Eugène DIOMI NDONGALA , Fidèle BABALA, JC Muyambo auront de nouveau la possibilité d'être candidats aux prochaines élections, si cette proposition sous examen passe.

2-/ Pour la question de listes, les partis politiques compétitifs aux élections doivent être capables d’aligner au moins 360 candidats sur 500 députés qui siègent au parlement, si un parti n’atteint pas le plafond de 360 candidats députés nationaux sur sa liste électorale, il peut selon ses convenances faire des alliances avec d’autres partis politiques. Objectif, atteindre le seuil des 360 candidats.

Cette opinion pousse certainement les partis politiques à travailler afin de devenir des partis nationaux et non tribaux encore moins claniques.

3-/ La publication des résultats des élections: La question qui fâche le G13. Pour ce groupe de 13, la publication de résultats doit se faire bureau par bureau mais d'autres députés estiment qu'il faut garder l’ancienne tradition, une option palliative qui a été d’ailleurs proposée par le premier vice-président de l’AN, le professeur André MBATA. 

Quant à nous, cette option est palliative du fait qu’elle croise la satisfaction de tous les citoyens congolais qui souhaitent vivre la transparence dans les résultats des élections.

La publication se fera enfin par affichage des résultats de chaque bureau de vote. Ce qui n’est pas trop différent du modèle de la publication proposée par le G13.

Une autre bonne nouvelle est que l’ancien seuil électoral a été enterré.

''Donc, nous ne connaîtrons plus la question des députés les moins élus au parlement. Comme pour dire, que le meilleur gagne''.

Powered by Froala Editor

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate