img

Actualités

Économie

Politique

D'après un document qui circule sur les réseaux sociaux signé par le Ministre angolais de l'Energie, Joao Baptista Borges et adressé à Bruno Kapadji Kalala, Directeur de l'Agence pour le développement du projet Grand Inga, le pays de Joao Lourenço veut sa part dans ce projet.

En effet, l'Angola veut racheter 5 Gigawatts en provenance de la future centrale d’Inga 3. Selon ce document, ce rachat accroîtrait la bancabilité du projet.

En effet, l’Agence pour le Developpement du projet d'Inga (ADEPI) a récemment déclaré que les 11gigawatts d’Inga 3 seraient répartis entre l'Afrique du Sud qui aura 5 Gigawatts et la République Démocratique du Congo qui aura 6 Gigawatts.

Dans un article de RFI publié récemment par election-net.com et qui contenait le rapport de Ressource Matters et le Groupe d'études sur le Congo (GEC), il a été signalé un manque de transparence et d'adéquation dans le projet Inga III, un projet qui, depuis 2015 a été rattaché à la présidence de la République. Les deux organisations avaient appelé le Chef de l'État de se montrer vigilant dans les négociations à venir.

Selon Ressources Matters et le GEC qui ont consulté les documents relatifs au projet, la population locale serait privée de cette électricité. Les deux organisations ont aussi révélé que dans l'un des derniers accords signés fin 2018, il n'est plus question que la RDC se réserve trois gigawatts de la production d'Inga pour sa consommation intérieure. La question de l’allocation du courant reste donc entière. Affaire à suivre.

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate