loader
img

Actualités

 

La République Démocratique du Congo est sans gouvernement légitime depuis l'accession de l'opposant Félix Antoine Tshisekedi au pouvoir.

Le nouveau Chef de l'État congolais privé d'une majorité parlementaire est contraint de mettre en place une équipe gouvernementale de coalition avec la plate-forme de son prédécesseur Joseph Kabila, le Front Commun pour le Congo.

Face aux divergences internes entre les partisans de l'ancien et le nouveau régime, les institutions du pays fonctionnement sous le régime des intérimaires. Une situation qui ne permet pas à la société civile de cerner la gouvernance de Félix Antoine Tshisekedi.

Le président de l'Association africaine pour la défense de droits de l'homme, Jean-Claude Katende invite le nouveau président congolais à faire de la lutte contre les anti-valeurs la priorité des priorités de son action gouvernementale en lieu et place des infrastructures.

La priorité du Président Félix TSHISEKEDI ne devrait  pas  être de construire des routes, des ports...mais de lutter d'abord contre  les antivaleurs (corruption, tribalisme, détournements des deniers publics, impunité, opacité, non-respect de l'autorité publique...).

Ce sont ces antivaleurs qui ont détruit le Congo et qui l’ont privé d'une administration publique performante,  de bonnes routes et écoles,  de bons hôpitaux, des universités compétitives et enfin des cadres compétents, consciencieux, intègres et capables de relever les défis importants auxquels le pays fait face. 

Ces mêmes antivaleurs ont privé le pays d'une armée puissante  et d'une police capable d'assurer la protection des personnes et de leurs biens de manière efficace et professionnelle.

Du Président Mobutu  à Joseph Kabila, en passant par Laurent Désiré Kabila, personne n'a jamais lancé un véritable programme de lutte contre ces antivaleurs qui constituent le véritable mal congolais. Ils ont tous fait de beaux discours et invité de grands slogans.

Par contre, chacun de nos anciens présidents  a contribué à l’enracinement des antivaleurs  soit par son indifférence ou par son implication dans les mêmes vices.

Au Congo détruit par les antivaleurs, tous les programmes de construction ou de développement du pays vont se transformer en opportunité pour leurs animateurs de s'enrichir au  détriment de la majorité  de congolais.

Au fond, qui a titré profit de cinq chantiers du Président Kabila? Qui a titré profit du projet BUKANGA LONZO ?  Qui a tiré profit de la construction de l'aérogare multimodale de NDJILI ?

Je peux continuer avec ce type de questions sur d'autres projets, les réponses montreront qu'une partie de fonds destinés à ces projets est allée dans les poches de certains congolais  contre lesquels aucun dossier judiciaire n’a jamais été ouvert.

Pour changer le Congo, nous avons besoin d'un homme ou d'une femme qui s'engage résolument contre ses anti valeurs, qui donnent des signaux clairs que la lutte contre lesdites antivaleurs est son premier chantier. 

La réussite dans les autres chantiers (construction des routes, écoles, pont, santé, emplois.....) dépendra des succès qu'il engrangera dans la lutte contre les antivaleurs.

Est-ce que le Président Félix TSHISEKEDI est différent de MOBUTU, de Mze KABILA et de Joseph KABILA en matière de lutte contre les antivaleurs ?  La réponse est difficile à donner à ce jour. Mais, nous le suivons et sommes vigilants.

Après 66 jours de pouvoir,  j'estime que les discours contre les antivaleurs  sont forts comme à l'époque du Président Joseph  Kabila, mais les  signaux( les actes)que le Président Félix donne en cette matière sont encore très faibles.

Bientôt, il fera  100 jours de gouvernance, aucune structure ou programme de lutte contre les antivaleurs (corruption..) avec des animateurs reconnus pour leur intégrité et compétences n'est mise en place. Aucune transparence au sujet des dossiers du ministre des affaires foncières et du DG de l'ex Onatra qui ont été suspendus, avec  largement médiatisés. Personne ne sait où  en est la justice dans ces dossiers ! C’est l’opacité totale comme à l’époque de l’ancien Président KABILA.

Dans nos aéroports et ports, les agents de la RVA et de la DGM continuent à se faire corrompre  au vu de tous. Sur nos routes, les policiers de roulage sont dépourvus de toute autorité à l'égard des usagers de la route à cause de la corruption. Ils sont nargués par les chauffeurs des taxis et taxis bus au vu de tous. Ce qui cause souvent des embouteillages inutiles à travers nos villes. On ne sent pas qu’un nouveau pouvoir a pris place au Congo.

Dans les écoles, les élèves et les parents sont rançonnés comme par le passé.

La levée de la mesure suspendant l'installation du Sénat, après la menace du FCC, dans une opacité totale est encore un motif  d'inquiétude. 

Le silence de la justice sur les poursuites à engager contre les individus qui ont détruit les biens de députés provinciaux et du PPRD risque de perpétuer l'impunité sous Félix TSHISEKEDI.

Au regard de tout ce qui précède, je peux permettre de dire que le vrai changement n'est pas encore là et je doute de l’engagement du chef de l’Etat à engager un véritable combat contre les antivaleurs contre lesquelles MOBUTU, Laurent Désiré KABILA et Joseph KABILA n’ont rien fait. On ne sent pas le pays bouger sur cet aspect…. 

Une mobilisation citoyenne est importante pour pousser le Président Félix et ses partenaires du FCC  à s'engager sur le premier chantier de la république qui est la lutte sans pitié contre les antivaleurs.

Soyons prêts pour participer aux marches pacifiques auxquelles les organisations de la société civile vont nous convier  pour exiger l’engagement pratique des autorités publiques contre la corruption, l’impunité, le détournement des deniers publics,  la corruption des policiers sur la voie publique…..

Me Jean Claude KATENDE

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate