img

Actualités

Société

« Le cimetière de Kinsuka dans la commune de Mont Ngafula à Kinshasa envahi par des constructions anarchiques et les corps des morts déterrés sans aucune considération Kinshasa», commente le communiqué de la Nouvelle Société Civile Congolaise parvenu à élection-net.com.

Dans ce document de l’Unité d’Alerte de la Nouvelle Société Civile Congolaise, l'organisation se dit « préoccupée sur la question de respect des morts et les constructions anarchiques érigées au
sein du cimetière de Kinsuka dans la Commune de Mont Ngafula à Kinshasa», avant d'ajouter, que ce cimetière de
Kinsuka est envahi par des constructions anarchiques et le déterrement des morts sans respect pour ces derniers.»

Selon la NSCC, les chefs coutumiers, le bourgmestre de la Commune de Mont Ngafula, certains agents de l’ordre seraient pointés du doigt et à la base de cette situation chaotique, se trompant ainsi d’époque et de République des intouchables où la stratégie de gouvernance était la consécration de l’impunité», rappelle le document.

« Au cimetière de Kinsuka, les constats restent désolants et inédits :

  • les tombes de ces morts coexistent côte à côte avec les maisons d’habitation ;
  • les églises et écoles y sont construites ;
  • un centre d’incinération des sujets indiens y est érigé dégageant des odeurs
    insupportables ;
  • des puits d’eau y sont creusés où l’on peut percevoir des cranes et ossement des morts,
  • des petites maisons construites en tôles ;
  • Des marchés de vente des braises ;
  • les corps des morts sont déterrés sans aucune considération et jetés par les
    constructeurs anarchiques ;
  • les activités des maraichères y sont développées, etc.
    Conséquences», racontent les auteurs de la missive.

Plus exhaustifs, la NSCC essaye de donner d'énumérer les principaux maux qui rongent ce cimetière que sont:

  1. sur le plan sécuritaire
  2. Cette occupation anarchique du cimetière de Kinsuka dans la Commune de Mont Ngafula a
    entrainé une insécurité permanente et cruelle caractérisée par : le Phénomène Kuluna, le
    pillage des biens d’autrui, le vol, et le non-respect des droits de l’homme ainsi que nombreux
    abus liés à cet environnement difficile sans électricité et eau portable.
  3. sur le plan sanitaire
    Faute de l’eau potable ainsi que de l’électricité, les habitants se servent de l’eau des puits
    creusés sur les tombes des morts entrainant ainsi le risque très élevé des maladies hydriques
    et autres épidémies. L’absence totale des règles d’hygiènes élémentaires expose les
    nouveaux locataires anarchiques de ce cimetière à plusieurs maladies graves telles que : le
    choléra, la malaria, la typhoïde, les infections et épidémies à haut risque liées à un environnement malsain.
  4. Sur le plan environnemental
    L’environnement est terriblement pollué par les travaux du centre d’incinération des cadres
    des expatriés Indiens installé sur place, les constructions anarchiques des maisons, les écoles
    exposant ainsi la vie de nos enfants, des marchés pirates, des maisons de coutures, des
    églises et d’autres éléments d’intérêt économiques exposés sur les tombes des morts en
    décomposition et ouvertes, les activités des maraichères y sont également exploitées, etc.

Pour y mettre fin, autant des recommandations sont formulée par la NSCC.

«La NSCC exhorte le Gouverneur et l’Assemblée Provinciale de la Ville de Kinshasa de
prendre en urgence les mesures qu’imposent pareille circonstance:

  1. La délocalisation immédiate de la population habitant frauduleusement ce site ;
  2. L’identification des auteurs distributeurs des terres et initier leur traduction devant la
    justice ;
  3. La démolition immédiate de toutes ces constructions anarchiques sur ce cimetière
    (centre d’incinération des indiens polluant l’environnement, les églises, les écoles,
    marchés et autres) ;
  4. La suspension immédiate des responsables de ce cimetière et l’affectation du nouveau
    personnel qualifié et capable de sécuriser ce site ;
  5. L’interpellation du Bourgmestre de Mont Ngafula par l’Assemblée Provinciale de
    Kinshasa sur cette situation ;
  6. Enfin la Nouvelle Société Civile Congolaise accompagnera devant la justice toutes les
    familles dont les corps ont été déterrés sans considération.»

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate