loader
img

Politique

Le profil d’un fils du terroir !

Banquier de profession, Matthieu Luboya Tshiyoyi est un économiste de 30 ans d’âge révolution. Le 12 mai 1988, quand il voit le jour à Kinshasa la capitale de son pays, la République Démocratique du Congo, le jeune homme est inscrit à l’école primaire en 1994 où il obtient son certificat d’études primaires 6 ans plus tard.

Après ses études primaires, « Matthieu » comme préfèrent l’appeler ses proches s’inscrit à l’Institut Bompikiliki où il est consacré diplômé d’Etat en pédagogie générale en 2006.  Quand il décide de commencer ses études supérieures, Matthieu Luboya a déjà une idée en tête : faire les finances et le développement pour participer au développement de sa commune.

La formule est donc trouvée, l’homme ne ménagera aucun effort pour atteindre cet ambitieux objectif qui pour lui, relève même de l’existence de sa communauté.  Natif de cette municipalité urbano-rurale de la N’sele, Luboya Tshiyoyi parvient à décrocher son diplôme de Licence à l’Université Catholique du Congo avec succès. Jeune doué, l’homme est engagé comme assistant dans plusieurs universités de Kinshasa.

Luboya Tshiyoyi et le cas de sa communauté ?  

Contrairement à la tradition chez la plus part de jeunes de sa génération, « MLT » ne s’est pas contenté de son confortable bureau de banquier, le jeune leader est plutôt resté collé à sa communauté. Ancien boursier du prix de l’excellence de la République, Luboya se jette très vite dans le cercle de réflexion au sein de son université où il se fait remarquer par ses contributions. Mais malgré la distance, il s’était toujours « soucié » des problèmes de sa commune natale classée parmi les plus démunies de la ville de Kinshasa.

Cette perception péjorative qui du reste n’est pas loin de la réalité n’était pas de nature à décourager le jeune leader. Hormis sa carrière professionnelle de banquier, Matthieu  Luboya se lance très vite dans la politique. Son parti, c’est celui de travailleurs. Dedans, il accumule des fonctions, Conseiller, Secrétaire général puis Vice-président     au sein du mouvement des jeunes travaillistes. C’est au sein de ce parti politique, qu’il compte se lancer dans la campagne électorale à venir.

« Je suis née et grandi dans le pondu »

La banque c’est son domaine de prédilection mais le développement de sa communauté est sa passion, l’homme trouve des mots justes pour lier les deux bouts du monde. « Il était temps d’abandonner la banque pour me concentrer au développement de la commune qui m’a vu grandir et qui m’a tous donné », fait-il s’avoir. Une posture qui est loin d’être une innovation dans le jargon politique congolais mais Matthieu Luboya a une particularité qui fait la différence entre lui et les autres concurrents potentiels. Déjà, l’homme s’est fait signalé par son livre qui retrace les défis dans sa municipalité. Cette sortie scientifique est pour lui, une aubaine pour consacrer son engagement aux côtés de ses semblables. « Je ne suis  pas un candidat qui va s’improviser mais plutôt quelqu’un qui a vécu et étudié ces difficultés et qui dispose en même temps des solutions à sa communauté », souligne le jeune leader. Pour ce faire, l’homme se définie déjà comme étant le « candidat de l’émergence de la N’sele ».

Dans son agenda, figure la promotion de l’agriculture, la pêche et l’élevage dans cette commune urbano-rurale.  Au sein de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, « MLT » veut être le porte-parole de ses milliers des habitants de la N’sele lors de la prochaine législature. L’homme qui se vente d’être née dans l’agriculture voudrait, par son lobbying transformer sa commune pour un grainier agricole de la capitale. « Je suis née et grandi dans le pondu », se souvient le jeune leader qui croit dur comme fer être en mesure de relever les défis de sa communauté.

Dossier réalisé par José-Junior Owawa et Landyl Kalenga

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate