loader
img

Actualités

C'est le dimanche 25 novembre dernier que le nouvel archevêque métropolitain de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, a été investis, au stade des Martyrs à Kinshasa, au cours d'une messe célébrée à l'occasion. En présence notamment de son prédécesseur, Mgr Laurent Monsengwo et de plusieurs personnalités politiques, il s’est notamment appesanti sur le rôle du pouvoir et le climat politique à l’approche des élections.

"Je lance un vibrant appel à la conscience politique de notre peuple à ne pas céder à la provocation et à la violence surtout verbale, pendant cette période de la campagne électorale", a déclaré Mgr Fridolin Ambongo.ambongo

 Dans son homélie, Fridolin Ambongo a également dévoilé sa nouvelle devise pastorale à savoir " Omnia omnibus" comme pour dire, "Tout en tous". L'archevêque de Kinshasa s’est ainsi présenté en apôtre de l’unité.

"Je serai parmi vous, le Pasteur de tous et de toutes, sans distinction ni exclusion », a-t-il promis, lui qui est pointé du doigt par certains membres de la majorité présidentielle au sujet de ses prises de position sur le processus démocratique et le respect des droits de l’homme.

L'archevêque métropolitain de Kinshasa a, en outre, rappelé les policiens sur l'utilisation du pouvoir qui servir et non se servir ou ni encore marginaliser la population.

"Le pouvoir est un service, l’humble service des autres pour leur accomplissement et pour la réalisation de toute la société".

Plusieurs hommes politiques ont assisté à cette messe dont le Premier ministre Bruno Tshibala, le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku et celui du Sénat, Léon Kengo. Il y avait également le candidat à la présidentielle Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la coalition au pouvoir. Egalement présent, Martin Fayulu, candidat de la plateforme Lamuka qui est soutenu notamment par les opposants Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi.

"Une différence d'opinion politique ou de conviction religieuse ne fait pas de l'autre un ennemi à dénigrer ou à abattre, en toute circonstance nous devons apprendre à nous respecter, en respectant l'autre dans sa différence légitime", a-t-il interpellé la classe politique congolaise dans son ensemble.

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate