img

Actualités

Depuis le 13 Juillet 2018, la CENI a bouclé le dépôt des candidatures pour les législatives Provinciales. Les formations politiques( Candidats Indépendants, PP et RP) ont eu 2 prolongation de 2 jours dans les 5 jours d'ajouts, retraits et substitution prévus du 9 au 13 Juillet 2018. Et donc, l'heure est au travail de compilation des dossiers des candidatures reçus à travers le pays.

Selon les informations obtenues par RFI à la CENI le samedi passé, près de 13.000 candidatures à travers le pays auraient déposés le dossier sur les 715 sièges à pourvoir. Les 65 sièges restant étant réservé à la cooptation des chefs coutumiers. Au sud Kivu, selon le journal de la Prospérité, 973 dossiers des candidatures ont été réceptionné dont 892 Hommes et 81femmes.  Que le BRTC de la ville de Bukavu a en lui seul, réceptionné 120 dossiers dont 104 Hommes et 16 Femmes.  Le SEP cité par ce journal a rappelé que tous ces candidats seront en compétition pour 44 sièges à pourvoir pour la Province dont 7 dans la ville de Bukavu. En tout état de cause, les les derniers chiffres officiels viendront de la CENI,  mais en attendant, en tant que chercheur sur le sujet, je me permets de faire trois analyses:

 

  1. Commentaires techniques

1ere analyse

Le taux de participation des femmes dans le dépôt des candidatures est très faible. C'est l'occasion de se focaliser sur les partis politiques qui prônent l'accroissement du taux de participation des femmes aux instances de prise de décision et Assemblées électives. La cause de cette non participation serait double: beaucoup des Pp ont encore une fois soulevé des craintes d'alignement des femmes et de l'autre côté, ces dernières ont eu peur de l'inconnu des réformes de la loi électorale et  du match avant de jouer. C'est ainsi que les petits pourcentage que la CENI annoncera, mérite un accompagnement réel de tous les acteurs...

Analyse provisoire2

Que les chiffres exorbitants des dépôts des candidatures n'effraient pas outre mesure les analystes. Tu auras contribuer énormément au trésor public mais le match n'est pas joué. La garantie n'est pas total en effet.

Le seuil de 3% est le baromètre technique à comprendre. Le biseps de popularité du candidat devrait être de 50℅ et plus des suffrages valablement exprimés, pour sa sécurité. Le reste est encore un jeu en sommes non nulle. Un Parti politique peut avoir aligner le maximum des candidatures prévues dans atteindre les 3% exigés pour la somme totale Provinciale des suffrages valablement exprimés et avoir moins des sièges ou à l'écart, suite à mauvais recrutement de candidature et un autre parti politique qui n'a aligné sur la moitié des candidats, mais très fort de popularité sur terrain et lui donne le 3% exigés et avoir plus de sièges. Dans une circonscription électorale à un siège, quelque soit le nombre élevé des candidats qui ont postulé, le système électoral de la majorité simple relative sera d'application. Est déclaré élu, celui qui a plus des voix.

*Et donc la densité élevé des candidats, est un facteur déterminant mais non de taille dans la réforme électorale congolaise*.

*Le grand maître de sanction et de récompense, reste en effet, l'électeur Congolais, véritable souverain primaire*

*Analyse 3*

*L'enjeu de la caution électorale*

 Si la CENI nous confirmer les chiffres avancé dans les médias de 13.000 candidats, l'on devra retenir, que le trésor public aura enregistré  13.000.0000.000 FC ( milliards)

En faisant les 13.0000 candidats X 1.000.000 Fc par candidats ou sièges.  *Et si on converti en dollars au taux de l'État de 160,  le trésor devrait encaissé, si les chiffres se confirme, 8 millions 125 milles dollars américains* Ce que je considérais comme bonne nouvelle.  Tout ceci est à considérer comme une analyse provisoire.

Conclusion

 Les élections se préparent et essentiellement un monde technique qouique politique.

L'enjeu des élections Provinciales est de taille et  à 5 avantages majeurs

 Le contrôle des Assemblées Provinciales signifie*, avoir le Sénat Congolais. Ce sont les députés provinciaux qui élisent les sénateurs.

 

  1. *Avoir le contrôle des Assemblées* Provinciales , dans le régionalisme politique Constitutionnel de la RDC veut dire avoir la main mise sur la gouvernance Provinciale et un œil sur la Décentralisation des Entités locales...
  2. *Avoir les Assemblées Provinciales*, signifie en outre que vous avez le contrôle des gouvernements provinciaux et les ETD quoi que autonome... Mais en réalité l'interdépendance dans la conception budgétaire Provinciale appelle plutôt à une synergie d'action..
  3. *Avoir le contrôle des Assemblées Provinciales est un facteur* de responsabilité et de respectabilité dans la conférence des gouverneurs et un poids énorme dans les avis de la direction de l'Etat...
  4. *Avoir le contrôle des Assemblées Provinciales est* un symbole de fierté de la vie Démocratique et de la gouvernance de proximité avec ses électeurs et on se développe mieux rapidement et les formations politiques accentuent leur idéologies politiques auprès de leurs électeurs.

Et donc les élections de la Députation Nationale sont très importantes, comme produit de la représentation Nationale, mais en réalité un député  Provincial est un monstre à trois têtes. Une tête au sénat et donc présent au parlement bicaméral, une autre tête à l'exécutif provincial et une autre tête sur la surveillance de gestion des services publics provinciaux et parfois locaux de la compétence exclusive des Provinces. Un jour, si je ferai la politique j'aurais bien aimé être député Provincial, mieux un conseil local..

J'y reviendrai....

La décentralisation est un thème d'actualité dans les enjeux électoraux du moment.

Me Pacifique NKUNZI

Chercheur en Droit électoral et en Gouvernance Locale

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate