loader
img

Actualités

Politique

Le Chef de file de la plate-forme Front Commun pour le Congo (FCC), Joseph Kabila Kabange a échangé ce vendredi, 26 juillet 2019 avec la majorité des sénateurs de sa coalition pour, selon certains participants, « un réarmement moral des élus avant la tenue des scrutins censés renouvelé le bureau définitif de la chambre haute du parlement congolais.

Lui-même « Sénateur à vie», l'ancien président de la République démocratique du Congo (RDC) qui a bénéficié de ce statut honorifique après deux mandats à la tête du pays aurait-il voulu, par ce geste, rassuré ses lieutenants par ailleurs électeurs ? Rien n'est moins sûr.

Tout porte à croire que l'ancien homme fort du pays avait voulu, à travers cette initiative, de se rassurer lui-même de la loyauté des Sénateurs et de leurs cohérence politique vis-à-vis de ses directives.

Cette initiative tenue dans ce contexte particulier où le FCC semble affaibli par des défections de certains cadres dont Modeste Bahati Lukwebo n'a pas manqué de faire réagir l'opinion publique qui ne s'empêche pas, notamment de soupçonner des tentatives d'achats de conscience des électeurs.

Au-delà de celà, d'autres se sont livrés dans la guerre des chiffres pour évaluer l'adhésion de Sénateurs à l'initiative de Joseph Kabila.

Pour certains, cette rencontre de Kingakati, la ferme privée de Joseph Kabila aurait connue la participation de 81 Sénateurs.

D'autres sources non officielles ont avancé des chiffres qui avoisinent difficilement la moitié des effectifs réels de la coalition.

Contactés par élection-net.com, certains membres de l'équipe de campagne du FCC ( cellule stratégique ) parlent de 75 Sénateurs ayant pris part à la rencontre.

Selon la même source, le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie ( PPRD), le propre parti de Joseph Kabila aurait été représenté par 37 élus.
Dans la même lignée, l'Avenir du Congo ( ACO), lui a aligné 14 Sénateurs tout comme la plate-forme électorale ABCE sans oublier 24 autorités élus délégués par CODE, PAUL, AAA, ATIC ainsi que l'aile de l'AFDL-A, encore fidèle à Joseph Kabila.

Au-delà des chiffres, ces scrutins qui se tiennent dans quelques heures à la chambre haute du parlement congolais devra donner la tonalité sur les capacités de la coalition kabiliste à recoller les morceaux après le séisme provoqué par le départ de la deuxième force politique de la plate-forme.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate