loader
img

Actualités

[caption id="attachment_2805" align="alignnone" width=""]Photo Élection-Net (Patrick ABELY)Abdelaziz Thioye ,Directeur du Bureau conjoint des Nations Unies au Droit de l'homme au cours de la conférence des Nations-Unies [/caption]

Au cours de la conférence de presse  des Nations Unies ce mercredi à Kinshasa ,le Bureau Conjoint des Nations Unies  au Droit de l'homme  a présenté son rapport sur la situation de droit de l'homme en république démocratique du Congo, dans cette présentation le Directeur du BCNUDH  Précise que son bureau a documenté 495 cas de violations  sur l'ensemble du pays, Abdelaziz Thioye indique que  ce chiffre présente  une diminution par apport au mois de janvier ou son Bureau avait recensé 574 cas.

Les agents de l'État sont toujours pointé  du doigts avec  52% ,tandis que lés combattants des groupes armés sont responsables de 42% de cas.

Abdelaziz Thioye précise également que  cette  diminution significative des violations comises par les agents de l'État  s'explique  du fait que celle-ci  était liée  à des restrictions à l'espace démocratique  en  janvier, Après  l'annonce des résultats des élections présidentielles  et législatives qui  avaient  suscité des nombreuses manifestations ayant conduit à des violations des libertés fondamentales où près de 83%  de violations  ont été commises,dans les provinces affectées surtout par les conflits armées,  entraînant ainsi ,la mort de 114  civiles,dont la plus part des auteurs sont les militaires et les combattants du groupe armé NDC Rénové  responsables du plus grand nombre d'atteintes au droit de l'homme dans la province du Nord-Kivu qui reste la plus affectée.

 

Patrick ABELY

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate