USA/Investiture de Joe Biden : Plus de soldats mobilisés qu'en Afghanistan

Les soldats de la garde nationale qui prennent contrôle du Capitole à Washington. Ph. AFP

À l'approche de l'investiture du président élu des États-Unis d'Amérique, Joe Biden, le mercredi 20 janvier prochain, le pays est sous tension mais le calme règne.

Pendant qu'en Afghanistan les USA ne comptent que 2.500 militaires, plus de 25.000 soldats de la Garde Nationale ont commencé à affluer dans tout le pays à l'approche de la cérémonie d'investiture de Biden.

À Washington la capitale fédérale américaine, tout est en alerte avec le déploiement des milliers de gardes nationaux dans les rues. "Il faut montrer des badges et accréditation pour pouvoir circuler", apprend-t-on.

Le vendredi dernier, un homme d'origine de Virginie, Wesley Allen Beeler, armé d'un pistolet chargé de 500 balles, a été arrêté à Washington en possession d'une fausse accréditation pour la cérémonie d'investiture.

Sur place, on craint que les partisans de Donald Trump ne manifestent violemment pour dénoncer la "fraude massive électorale" qu'a toujours répétées, sans preuves, le président sortant, Donald Trump.

Barricades, barbelés et hommes armés prolifèrent dans les grandes villes américaines. Cette crainte de manifestation fait suite aux événements du 6 janvier, lorsque le Capitole a été envahi par des manifestants pro-Trump.

L’objectif principal de ce déploiement est d'éviter des violences similaires à celles du Capitole le 6 janvier. Plusieurs Etats, dont le Michigan, la Virginie, le Wisconsin et la Pennsylvanie ont fait appel à la garde nationale, une force militaire de réserve. Le Texas a annoncé que son Capitole resterait fermé mercredi, le jour de la prestation de serment de Joe Biden.

Liévin LUZOLO