UDPS: Kas Kasongo Kalalo lance un appel à la mobilisation générale des anciens et actuels membres du parti pour la réussite du mandat de Félix Tshisekedi

Le Président  national de la ligue de jeunes de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social aile Tshibala, Kas Kasongo Kalalo a, à travers une lettre ouverte adressée aux anciens et actuels membres du parti, toutes les tendances confondues, plaide pour l'unité autour du Chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour la réussite de son mandat.

Ce cadre du parti estime que les clivages entre les têtes d'affiche du parti, de toutes les obédiences ne pourront que fragiliser ce digne fils de la grande UDPS pour la réussite de son mandat. « De ce fait, étant donné qu’il est le tout premier Président de la République, issu des rangs de l’UDPS depuis sa création, Félix TSHISEKEDI n’a pas droit à l’échec.

Après 37 ans des leçons de démocratie, d’Etat de droit et de la bonne gouvernance données à MOBUTU, MZEE puis à Joseph KABILA, souhaiter  un échec de l’UDPS ne doit pas être envisageable. Aujourd’hui, tous ceux qui s’identifient au combat de l’UDPS doivent apporter sans contrepartie leur soutien à Félix TSHISEKEDI. Tous sans exception, doivent accompagner la mandature de l’UDPS, sinon, ça serait nier sa propre existence, ses propres convictions et fouler au pied le combat de nos pères fondateurs, nos martyrs, rendant ainsi leur combat inutile, mensonger et illusoire», prévient-il dans ce document dont une copie est parvenue à Election-net.com. Ci-dessous, l'intégralité de la lettre ouverte.   

LETTRE OUVERTE A TOUS LES MEMBRES ANCIENS ET PRESENTS DE L’UDPS : FELIX TSHISEKEDI N’A PAS DROIT A L’ECHEC.

Depuis plus de trois décennies, l’UDPS se bat pour instaurer la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays. Ceci implique de gagner le pouvoir au sommet de l’Etat afin d’appliquer sa politique publique en faveur des populations Congolaises.

Les pères fondateurs de l’UDPS avaient une vision de la bonne gouvernance de la République. Ils avaient considéré que les choix de gouvernance opérés par l’ancien président de la République MOBUTU n’étaient pas bénéfiques pour le peuple. C’est ainsi qu’ils ont lutté au prix de leur sang, pour que soit installée la démocratie et que les élections libres et crédibles soient organisées afin que le projet de société appelé « la nouvelle société » soit appliquée.

Plusieurs personnalités ont écouté la voix des pères fondateurs et ont rejoint le combat, sacrifiant leurs jeunesse, leurs familles et leurs bien être pour défendre les idéaux de l’UDPS : la démocratie et l’Etat de droit au service du peuple d’abord.

Le Président Félix Antoine TSHILOMBO représente à lui tout seul, la matérialisation de toute une idéologie (une histoire), l’aboutissement du combat de tous les pères fondateurs ainsi que de tous ceux qui ont adhéré aux idéaux de l’UDPS. De ce fait, étant donné qu’il est le tout premier Président de la République, issu des rangs de l’UDPS depuis sa création, Félix TSHISEKEDI n’a pas droit à l’échec.

Après 37 ans des leçons de démocratie, d’Etat de droit et de la bonne gouvernance données à MOBUTU, MZEE puis à Joseph KABILA, souhaiter  un échec de l’UDPS ne doit pas être envisageable. Aujourd’hui, tous ceux qui s’identifient au combat de l’UDPS doivent apporter sans contrepartie leur soutien à Félix TSHISEKEDI. Tous sans exception, doivent accompagner la mandature de l’UDPS, sinon, ça serait nier sa propre existence, ses propres convictions et fouler au pied le combat de nos pères fondateurs, nos martyrs, rendant ainsi leur combat inutile, mensonger et illusoire. Il faut faire appel à toutes les générations des combattants pour cimenter cette foi en FATSHI : génération de la clandestinité, celle de 1990 lors de la démocratisation et les générations actuelles.

L’échec de Félix sera considéré comme l’échec de l’UDPS, l’échec de nos héros. Il n’a donc pas droit à l’erreur. 

La présidence de l’UDPS doit être à la hauteur des éminentes personnalités historiques de la politique de notre pays, à savoir : MBWAKIEM, LIHAU, KIBASSA et TSHISEKEDI. 

Logiquement, sans état d’âme, TSHIBALA, MUBAKE, LUSANGA, MAVUNGU, LUMBU, MUTANDA, BELCHIKA, MULAJA, etc., doivent être les premiers à souhaiter la réussite du mandat de l’UDPS. Tous ceux qui ont été également membres de l’UDPS, notamment, SHADARY, KYUNGU, BAHATI, BOSHAB, et bien d’autres, doivent également accompagner Félix TSHISEKEDI. 

Qu’on aime Félix TSHILOMBO ou pas, le fait que l’opinion nationale et internationale l’identifie comme étant membre de l’UDPS et qu’elle identifie son mandat à celui de l’UDPS, tous membres anciens et présents de l’UDPS doivent l’accompagner. Qu’il eut été quelqu’un d’autre de l’UDPS à ce poste, notre attitude devrait être la même. Il en va de l’image de l’UDPS. 

Quatre attitudes favorables au soutien du Président de la République (officiel ou officieux) :

Se mettre à sa disposition pour toute tâche utile ;

Suivre de près ses actions afin d’apporter des éventuelles critiques constructives, ou lui produire des réflexions innovantes pour le développement de la RDC ;

S’opposer contre tous ceux qui veulent son échec ;

ou enfin, rester neutre.

En observant l’une de ces quatre attitudes, le Président de la République aura bénéficié d’un appui considérable de la part des membres de l’UDPS. 

Le camarade Bruno TSHIBALA, fort de son expérience aussi bien dans la gestion de la République que dans la cohabitation pacifique avec l’ancienne majorité présidentielle, sera un atout indispensable à la Présidence de Félix car il a su arrondir les angles et jongler habilement tout au long de son mandat pourvu d’atteindre l’essentiel, organiser les élections. Le Président TSHISEKEDI sera confronté aux mêmes réalités tout au long de son mandat.

Le peuple attend beaucoup de la Présidence UDPS, il attend un changement positif dans son train de vie quotidien, il attend une gouvernance différente de celle qui a existé depuis MOBUTU. Cette responsabilité est portée par une personne, le Président de la République. Il n’est pas concevable que les membres de l’UDPS, toutes divergences confondues, souhaitent l’échec de leur frère. Si les ennemis d'hier ont pu devenir les amis d'aujourd'hui, il n'est donc pas impossible que les frères d'hier se retrouvent pour une cause commune: l'honneur de l'UDPS.

Pour toutes ces raisons, le Président TSHISEKEDI n’a pas droit à l’échec, son mandat ne doit pas échouer. Et en toute humilité, il doit tendre la main à tous les frères divergents et collaborer au sein de la grande famille UDPS.

Fait à Kinshasa le 06 mai 2019

KASONGO KALALO,

Président de la Ligue des Jeunes de l’UDPS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *