Tshopo: l’Unikis parmi les universités ayant obtenu une mauvaise côte de l’AQRM

Bâtiment administratif de l'université de Kisangani © Pompon BEYOKOBANA/election-net.com

Ecouter cette information

A l’issu de l’évaluation externe datant de 2017 sur le mécanisme de l’évaluation d’assurance qualité africain AQRM, la commission de l’Union africaine a mal côté l’Université de Kisangani.

L’annonce de ces résultats a été faite le samedi 21 novembre dernier par le point focal adjoint de l’Assurance qualité de l’Unikis à l’issu de la rencontre tenue à l’intention des personnels administratifs de cet alma mater.

Pour Jean-Paul Samwangal’a Milong, il est important que l’Université de Kisangani puisse remédier aux failles constatées en vue d’être mieux côtée prochainement. Raison pour laquelle une campagne a été lancée séance tenante qui porte sur la solution à la lourdeur administrative constatée dans cette institution d’enseignement supérieur.

” Les personnels administratifs doivent être informés de ces résultats que les services ont réalisé à cette évaluation externe pour qu’ensemble puissions remédier à cela mais aussi pour arriver à mettre sur pied un plan de redressement” précise le point focal adjoint AQ/UNIKIS Jean-Paul Milong

L’assurance de la qualité des établissements d’enseignement supérieur est un domaine primordial pour la redynamisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en Afrique.

De ce fait, la Commission de l’Union africaine a décidé de lancer l’initiative relative à l’élaboration d’un mécanisme africain d’évaluation de la qualité (AQRM) afin de mettre en place un système africain qui permettra d’évaluer la performance des institutions de l’enseignement supérieur sur la base d’un ensemble de critères communs et d’aider les institutions à faire leur auto-évaluation en vue d’appuyer le développement des cultures institutionnelles de la qualité. Un exercice pilote d’auto-évaluation a été mené en 2010, auquel 32 établissements ont participé.

Pompon BEYOKOBANA, à Kisangani