Tshopo: Clôture de la session parlementaire après l’éviction du Gouverneur

L'Assemblée provinciale de la Tshopo. Photo de tiers

Ecouter cette information

La session de mars qui est essentiellement législative a été clôturée ce lundi 29 juin 2020 par le président de l’organe délibérant de la Tshopo Gilbert Bokungu devant les députés provinciaux de la Tshopo.

Par contre, aucun membre du gouvernement provincial n’a rehaussé de sa présence à cette cérémonie comme il en est d’habitude. De quoi expliquer la division de la classe politique boyomaise suite à la nébuleuse question du vote de la motion de censure contre le gouvernement provincial. Seuls quelques chefs des divisions provinciales, chefs de confessions religieuses et les représentants des organismes du système des nations unies, étaient présents étaient au rendez-vous.

Dans son rapport d’activité de la session finissante de mars, le rapporteur de l’assemblée provinciale Trésor BAFANDU a fait savoir que les matières prioritaires inscrites dans le calendrier parlementaire ont été traitées et c’est malgré la situation de la pandémie de Coronavirus à laquelle fait fasse la RDC mais aussi le contexte d’état d’urgence sanitaire décrété par le président Félix Tshisekedi.

A lire aussi:  Tshopo/Covid-19: Marcel Utembi insiste sur le respect des gestes barrières après l'État d'urgence

Dans son speech, le speaker de l’assemblée provinciale a précisé que “la session qui se clôture aujourd’hui a connu un problème de timing qui était très réduit pour épuiser les matières prévues”. Gilbert Bokungu a par ailleurs ajouté que “les députés provinciaux ont malgré le timing leur imparti réalisé quand même quelques missions leurs dévolues en exerçant leurs moyens parlementaires comme la motion de défiance contre le ministre provincial de la Santé Publique, Affaires Sociales et Humanitaires d’une part et la motion de censure initiée contre le gouvernement provincial d’autre part.

A lire aussi:  Urgent/Tshopo : le gouvernement provincial tombe !

À cette occasion, il a félicité ses collègues députés provinciaux qui ont voté pour la motion de censure contre le gouvernement provincial.

Rappelons qu’ouverte le 31 mars conformément aux dispositions légales et réglementaires en la matière, la session de mars purement législative a été suspendue consécutivement au message émanant du vice-premier ministre, ministre de l’intérieur demandant aux gouverneurs de prendre des dispositions avec les présidents des assemblées provinciales afin que ces derniers puissent rapporter les activités parlementaires suite à l’évolution de la covid-19 qui fait plusieurs victimes en RDC et à travers le monde.

Pompon BEYOKOBANA depuis Kisangani



MENU