Traque des ADF : un conseiller de Félix Tshisekedi "pas d'accord" avec l'intervention ougandaise

Luc-Gérard Nyafé, ambassadeur itinérant et Conseiller spécial du président Félix Tshisekedi Tshilombo a affirmé samedi dans un tweet qu'il "n'aimait pas l'intervention ougandaise en RDC".

D'après Africa Intelligence, le déploiement de troupes ougandaises dans l'est de la RDC ne vise avant tout qu'à rassurer les investisseurs en Ouganda tels que les compagnies pétrolières chinoises CNOOC et françaises TotalEnergies.

"Je n'aime pas cette intervention étrangère sur notre sol même si c'est dans le cadre d'un partenariat" a tweeté Nyafe le samedi, réagissant ainsi à l'article publié par Africa Intelligence (AI) sur l'offensive de l'armée ougandaise contre les ADF en RDC.

Selon AI, l'Ouganda tentait depuis l'an dernier de négocier son autorisation d'intervenir en RDC. Approbation reçue en 2021, implique cinq avions de combat russes Sukhoi Su-30 et le déploiement de chars soviétiques et sud-africains, supervisée en RDC par le général de division Kayanja Muhanga ,tandisque du côté ougandais, c'est le fils du président ougandais Yoweri Museveni, le lieutenant-général Muhoozi Kainerugaba, qui est chargé du suivi des opérations.

Kampala protège ses intérêts pétroliers

Sous pression des compagnies pétrolières, notamment le français TotalEnergies et le chinois CNOOC qui développent respectivement les projets pétroliers Tilenga et Kingfisher dans la région du lac Albert à l'est, en lançant cette offensive en RDC, L'Ouganda espère démontrer à ces entreprises sa capacité à sécuriser ses frontières et à protéger leurs investissements, révèle AI.

Il sied de rappeler le patron de Total Patrick Pouyanné a demandé à plusieurs reprises à Museveni de lui assurer que tout était fait pour contenir la menace ADF car la production pétrolière au lac Albert devra démarrer en 2025.

Cette préoccupation a été un facteur majeur dans la décision de Museveni de déployer des milliers de soldats ougandais en RDC pour une durée indéterminée.

En rappel, à mi-parcours, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et l'armée ougandaise ont affirmé avoir capturé 34 rebelles ADF depuis le lancement des opérations, le 30 novembre 2021. Ces opérations conjointes ont aussi permis la libération d'une trentaine d'otages, ont-elles déclaré.

Rédaction

3 thoughts on “Traque des ADF : un conseiller de Félix Tshisekedi "pas d'accord" avec l'intervention ougandaise

  1. Donc si je comprends bien, ce soi-disant conseiller du Chef de l'État est contre une initiative qui, quelques soient les arrières pensées de Kampala, vie à mettre fin à la boucherie humaine dans la région de Beni?

    Monsieur le conseiller du PRO5, vous rappelez-vous de combien d'opérations militaires des FARDC ont été sans succès dans cette zone? Safisha Ruwenzori 1, 2, 3 ...Sokola 1, 2,...en plus des 20 ans de l'intervention onusienne (MONUSCO)

    Il faut être sorcier pour ne pas encourager la mutualisation des forces Congolaises et Ougandaises!

  2. Toi Mr tu es fou sans coeur si tu vivent à l'Est tu comprendra même vos investisseur n'est nous intéresse même pas tout c'est qui côté pour nous c'est la paix OK arrêté vos opinions de merde nous ont s'a fou de vos profit derrière les sang des nos famille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *