Traque des ADF : Ce qu’il faut pour en finir avec la guerre, selon l’armée

Le Général Peter Cirimwami, le colonel François Kabeya et le lieutenant Antony Mualushayi/ Election-net.com/ Dieubon M.

Les efforts des opérations de traque des rebelles ADF se focalisent sur tous les axes, a rassuré le Général Peter Cirimwami, commandant des opérations Sokola 1.

Pour cet officier supérieur des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), “l’ennemi” qui est “imprévisible” sera vaincu si tout le monde apporte sa pierre à l’édifice.

Un terroriste, c’est un ennemi imprévisible. Nous devons conjuguons des efforts pour décourager l’agressivité de l’ennemi en étudiant ensemble des mécanismes communs qui vont mettre fin aux tueries… que nous ayons la même perception du problème et ne pas nous jeter des balles. Le problème chez nous, ce qu’on pense que l’autre, c’est l’ennemi et en soi, on est saint. L’ennemi qui est là, est un djihadiste… lorsque quelqu’un se sent être plus saint et l’autre plus démon, on ne peut pas finir cette guerre. Il faut que nous tous nous ayons la même compréhension du problème, que nous ayons une même conversion de la perception, et tout sera facile“, a déclaré le Général Peter Cirimwami.

Depuis plus d’une année, les FARDC sont engagées dans la traque des rebelles ADF dans la région de Beni au Nord-Kivu et une partie de l’Ituri. Plusieurs bastions sont déjà conquis et des centaines d’assaillants neutralisés par l’armée régulière.

Dieubon Mughenze depuis Beni