Tanganyika : une bagarre éclate entre les députés pro et anti union sacrée de la nation à l’hémicycle

Bâtiment de l'Assemblée provinciale du Tanganyika. Ph. Gerard M.

C’est ce le lundi 12 avril 2021 que les députés provinciaux du Tanganyika ont participé à la plénière, convoquée par le rapporteur Cyril KIMPU AWEL.

Cependant, les élus provinciaux du Tanganyika ne se sont pas entendus sur celui qui devait diriger la plénière.

Les députés provinciaux, pro Union sacrée de la nation voudraient que le rapporteur puisse conduire la plénière parce que le président et son vice sont frappés par des pétitions, ce que le groupe de députés anti Union sacrée n’ont pas pu accepter. De leur côté, ils souhaitaient que le directeur d’administration dirige plénière.

C’est alors une vive tension est montée entre les députés, un désordre total s’est installé à l’intérieur de la salle. Certains députés provinciaux s’échangent des paroles, les violences physiques ont été alors enregistrées et quelques chaises ont été aussi cassées.

Le député de l’union sacrée Alexis KATEMPA déplore les dégâts enregistrés
” Le président et son vice n’ont plus qualité d’engager l’Assemblée provinciale parce que chacun est frappé d’une motion. Et ça, c’est selon notre règlement intérieur. Il y a eu des désordres dans la salle, il y a eu des casses, des menaces verbales et même des violences physiques. Certains de nos collègues voulaient même se battre” a-t-il réagi.

Pour sa part, le député Dominique BOTAMWINYA estime que la plénière du jour devait être dirigée par le directeur d’administration et non le rapporteur
En arrivant ici, nous étions surpris de voir l’honorable rapporteur, son adjoint et le questeur se présentés comme étant le bureau. Alors tous savions que c’est le directeur d’administration qui allait présider et installer le bureau d’âge. Un tel comportement n’est pas appréciable” explique-t-il

Signalons que plusieurs sympathisants de partis politiques qui soutiennent les députés provinciaux de l’Union sacrée et d’autres associations des jeunes qui ne veulent pas du départ du gouverneur de province étaient tous devant l’entrée de l’Assemblée provinciale. Il faut dire que la police a dispersé aux gaz lacrymogènes les sympathisants de deux camps lors qu’ils se lançaient de cris de provocation.

Gérard MAKONGA depuis Kalemie