Sud-Kivu : Un journaliste parmi les blessés des affrontements entre policiers et manifestants

Un blessé lors d'une répression. Photo ENET © Héritier Bashige

Environs 7 personnes ont été blessées et d’autres tabassées par des éléments de la police après la répression d’une manifestation organisée à Bukavu ce dimanche 18 avril 2021.

Il s’agissait d’un meeting dénommé, ”matinée de vérité sur la gestion du gouverneur”, organisé par un groupe de 7 députés provinciaux, auteurs d’une motion de défiance contre Théo Ngwabidje Kasi.

Parmi les blessées, un journaliste William Pascal Boji, oeuvrant à Canal future, une chaine de radio et télévision appartenant à Vital Kamerhe et un des députés organisateurs.

Certains de ces blessés disent avoir reçu des balles réelles et d’autres des coups administrés par des présumés éléments de la police.

Certains sont internés dans une structure médicale de la place et d’autres transférés à l’hôpital général de référence de Bukavu.

Dans une interview accordée à election-net.com, le député Hommer Bulakali, un des organisateurs de la dite mâtinée de ”vérité” condamne cette manière de faire des éléments de la police et des autorités compétentes ”qui ont donné l’ordre de disperser les paisibles citoyens”

”Nous avons vécu la barbarie aujourd’hui. Ce que les policiers ont fait, c’est vraiment honteux. Nous avons été surpris. Pendant que la population commençait à venir écouter leurs élus, pour donner un rapport sur ce qui se passe à l’assemblée provinciale, les éléments de la police ont commencé à tirer des balles réelles et des lacrymogènes. Il ya plusieurs personnes qui sont blessées, des députés blessés et d’autres tabassés par la police. Nous sommes en train de nous demander pourquoi le Gouverneur et le président de l’assemblée provinciale peuvent s’organiser pour humilier les députés comme ça”

À la question de savoir si la manifestation a eu l’aval des autorités, le même député indique qu’une activité parlementaire comme celle-là, ne demande pas d’autorisation.

”…Informer les autorités quand un député veut s’adresser à sa base, ça n’existe pas. Nous sommes en plein exercice de notre fonction, nous devons rencontrer nos électeurs. Il n’est pas question que quand je veux parler avec mes électeurs, que je puisse informer d’abord le Maire de la ville. C’était juste un échange entre députés motioneurs, des élus avec leurs bases. La population voulait avoir un rapport sur la gestion de la province”, explique cet élu de Bukavu sur la liste de l’Union pour la Nation Congolais UNC.

Il sied de dire que c’est depuis le 6 avril qu’un groupe de 7 députés provinciaux avait déposé une motion visa la destitution du gouverneur Théo Ngwabidje Kasi mais qui reste jusque là sans suite.

Héritier Bashige depuis Bukavu