Sud-Kivu : un ex-rebelle condamné

Composition d'un tribunal militaire de garnison photo d'illustrations

L’ex-chef rebelle Chance Mihonya a été condamné à la réclusion à perpétuité mardi 21 septembre notamment pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Ce jugement a été rendu par la cour militaire de Bukavu (Sud-Kivu) au cours d’une audience publique à Katana dans le territoire de Kabare.

Condamnation saluée par le bureau Conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme en République démocratique du Congo (RDC).

"Le BCNUD salue la condamnation du Capitaine CHANCE MIHONYA par la Cour Militaire du Sud-Kivu pour crimes de guerre par enrôlement d’enfants et crimes contre l’humanité par viols, meurtres, extorsions, privations graves de liberté et autres actes inhumains", annonce ce 22 septembre 2021, via son compte Twitter cette structure de onusienne.

Le BCNUD se réjouit du fait que"ce procès en audience foraine a bénéficié de l’appui financier et technique de la Task Force Justice internationale à laquelle appartient BCNUD", poursuit-il.

Considérant cette condamnation comme une avancée dans la quête de vérité, de justice et de garanties de non-répétition, BCNUD invite les autorités à "prendre des mesures afin de s’assurer que les victimes obtiennent effectivement réparation".

Il sied de signaler que, l’ex-chef rebelle Chance Mihonya a par ailleurs été condamné à payer 50.000 USD pour dommages-intérêts.

Joël Mesa Nzuzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *