Sud-Kivu : Les enseignants durcissent leur mouvement de grève

Marche des enseignants à Bukavu ©photo H.Bashige

Les enseignants de la province du Sud-Kivu réunis au sein du SYNECAT, SYNEP et SYECO campent toujours sur leur position du mouvement de grève entamé depuis le 10 août.

Ces professionnels de la craie, n'ont toujours pas repris le chemin de l'école depuis que les cours ont repris en date du 10 août 2020 sur l'ensemble du pays et dans la province du Sud-Kivu en particulier.

Ces derniers conditionnent cette reprise des cours par le respect ''strict'' des accords de Bwiwa, notamment le paiement de leurs collègues enseignants Non Payés (NP), les Nouvelles Unités (NU), le paiement du deuxième et troisième palier et la supression de la zone salariale.

Se confiant à election-net.com ce lundi 17 Août, Jacques Cirimwami, secrétaire provincial du syndicat des enseignants des écoles conventionnés catholiques fustige le comportement des certains directeurs et préfets d'études qui n'observent pas ce mouvement de grève dans leurs écoles.

"Les enseignants ont décidé de rester à la maison. Nous fistigeaons les arrangements qui se font dans certaines écoles entre les chefs d'établissement et les enseignants qui enseignent dans les classes de 6eme année.Le syndicat n'est pas responsable de tout ce qui s'observe là. Nous demeurons dans notre grève depuis le 10 août",déclare-t-il.

Il sied de préciser que certaines écoles primaires et secondaires dans la ville de Bukavu, une semaine après la reprise des cours décidée par les autorités compétentes après 4 mois de suspension de suite de la pandémie Coronavirus, n'ont jamais ouvert leurs portes.

Les élèves finalistes qui se donnent le courage d'y être, finissent toujours par replier à la maison constatant impuissamment l'absence des enseignants.

Héritier Bashige depuis Bukavu