Sud-Kivu: les Banyamulenge dénoncent le ”nettoyage ethnique” qui vise leur communauté et appellent le président Tshisekedi à agir immédiatement

Photo d'illustration

Selon la presse locale rwandaise, les Banyamulenge ont été attaqués cette semaine par la milice Maï-Maï opposée à leur séjour en République Démocratique du Congo. Plus de 4000 membres de la tribu Banyamulenge vivant en RDC ont fui leurs villages de Rurambo dans les plaines de Ruzizi et le village de Nyabigega dans les Moyens-Plateaux d’Uvira.

Les Banyamulenge ont déclaré à la presse qu’ils se sentaient ”trahis” parce que les assaillants ont pris d’assaut leurs villages situés à seulement un kilomètre de la base militaire des FARDC et qu’aucune intervention n’a été faite.

« Le village de Nyabigega au milieu du plateau d’Uvira a été systématiquement détruit mardi », selon des témoins cités par tarrifa.rw.

A cet effet, les Banyamulenge lancent un appel au gouvernement du président Félix Tshisekedi pour qu’il intervienne immédiatement et les sauve de ces attaques barbares de la milice Maï-Maï et d’autres groupes rebelles qui rôdent dans la partie est de ce pays qu’ils considèrent riche en minerais.

En outre, cette communauté demande à Felix Tshisekedi de se rappeler du discours de janvier 2020 avec la diaspora congolaise à Londres, au Royaume-Uni où il déclara « Les Banyamulenge sont congolais ».

La situation sécuritaire demeure instable dans les Hauts-Plateaux d’Itombwe et Bijombo et les Moyens-Plateaux d’Uvira. La reprise des affrontements entre l’armée congolaise et des groupes armés au début du mois de mars a occasionné de nouveaux déplacements de population.

Par ailleurs, de nombreux braquages de véhicules, de vols et d’enrôlements de jeunes dans les rangs des groupes armés ont été rapportés. Le territoire de Minembwe a aussi été affecté par cette détérioration de la situation sécuritaire qui a contraint une partie de la population à fuir dans les périphéries.

A la fin du mois de mars, une relative accalmie a été observée dans ces zones, notamment à la suite du dialogue organisé à Kinshasa par le gouvernement national entre les représentants des communautés des Hauts-Plateaux.