Sud-Kivu : Denis Mukwege préconise la réforme de l’armée congolaise

Docteur Mukwege a Bukavu ce mercredi 2 juin/Ph. Heritier B/ENET

Dans son allocution faite devant les députés provinciaux du Sud-Kivu ce mercredi 02 juin 2021 au cours de la journée porte ouverte organisée par l’Assemblée provinciale de cette province, le Docteur Denis Mukwege a entre autres, regretté le fait qu’il soit sécurisé par les étrangers plutôt par les Congolais. Aussi, a-t-il préconisé la réforme de l'armée congolaise dans son ensemble pour parvenir à une paix durable.

«Tant que l'on aura pas la réforme du secteur de sécurité qui a été exigée par toutes les institutions internationales, on aura pas la paix, la justice transitionnelle. Il faut réformer l'armée. Lorsqu'une armée est infiltrée, on peut donner à un soldat des armes et munitions contraires juste puisqu'on prépare un échec», a révélé Denis Mukwege. .

«Le réparateur des femmes», justifie son plaidoyer pour la réforme de l’armée en ces termes: «Sur le plan militaire, nous devons accepté qu'il y a échec. Je dois vous dire que j'ai honte d'être sécurisé par des étrangers. Et quand ces étrangers me disent, comment dans votre pays ont peut laisser faire les choses comme cela. Je n’ai pas de réponse. Celui qui devrait nous sécuriser c'est notre armée, notre police mais malheureusement...»

Denis Mukwege a en outre, dénoncé la manière dont ceux qui ont causé des malheurs au peuple congolais, accèdent à d’importantes fonctions sans tenir compte de leur passé. «...nous décrions et nous avons toujours décrié que quelqu'un qui était dans un groupe armé, qui a tué, qui a violé …. et que demain, vous le retrouvez général. On ne devient pas général parce qu’on a tué»', s’est indigné le médecin.

Héritier Bashige,  depuis Bukavu