Sud-Kivu/COVID19 : L'AFEM plaide pour la baisse du prix du test de dépistage

Un personnel soignant dans un centre de dépistage massif au stade Martyrs ©Liévin Luzolo

L'association des femmes des Médias (AFEM), basée au Sud-kivu plaident pour la baisse du prix du test Covid19.

Lequel prix fixé à 30 dollars américains, jugé exorbitant pour une certaine catégorie de personnes, notamment les femmes petites commerçantes ''limitées de leur moyen''

L'association des femmes des médias estime que l'apparition de Covid 19 a rendu vulnérable plusieurs personnes, avec beaucoup d’effets négatifs à la fois sur la santé que l’économie, d'où la nécessité de revoir à la baisse ce prix de test Covid19.

''Des femmes vendeuses piliers économiques de leurs ménages sont parmi des victimes, qui plusieurs d’elles ne peuvent plus traverser facilement des frontières pour se ravitailler en marchandises, suite aux conditions à remplir : le coût élevé exigé pour le test de Covid 19''

Face à ces obstacles, AFEM a rencontré ce mardi 27 octobre le ministre provincial de la santé, Cosmos Bishisha Kusimwa avec comme objectif de solliciter la baisse de ce prix à un prix abordable.

Sur la liste des revendications contenus dans leur cahier de plaidoyer déposé au ministre de la santé, ces dernières sollicitent également le renforcement de la communication afin de donner la bonne information à la femme vendeuse et lui doter des kits de protection contre cette pandémie.

''Nous demandons au ministre de s’impliquer pour doter les marchés des installations hygiéniques répondant aux normes et aux besoins sexo-spécifiques pour protéger les vendeuses contre les maladies dites des mains sales et infections'' plaide AFEM.

De son côté, Cosmos Bishisha Kusimwa qui a réceptionné ce cahier des plaidoyers promet son implication personnelle a fin de résoudre tant soit peu cette situation.

''Je remercie AFEM qui vient de nous présenter des difficultés des femmes en général et vendeuses en particulier. Nous allons nous impliquer à notre niveau pour chercher des pistes de solution à ces problèmes. Nous devons réfléchir comment développer la résilience économique en faveur de ces femmes'' promet Cosmos Bishisha Kusimwa, ministre provincial du genre et santé.

Il sied de souligner que cette activité de plaidoyer rentre dans le cadre du projet Promotion du droit d’accès à la santé sexuelle et reproductive à travers la lutte contre les violences sexuelles et sexistes ; amélioration de la participation des femmes au Sud-Kivu et prévention des effets négatifs de la Covid-19 sur les femmes.

Héritier Bashige depuis Bukavu