Rutshuru: «Tous nos frères qui sont dans la forêt doivent savoir que le temps de la paix a sonné», Emmanuel Gashamba.

Dans l’espace de trois semaines, près de 8 personnes ont été assassinées dans le territoire de Rutshuru.

Le cas le plus récent est celui de Heri Claude, préfet des étudestudes assassiné à son domicile la soirée du mercredi 22 à Katwiguru dans le Groupement de Binza.

La communauté Hutu ne reste pas silencieuse par rapport cette montée de l’insécurité observée dans cette partie de la province.

Au cours d’une interview accordée à election-net.com ce jeudi 23 janvier 2020, Emmanuel Gashamba coordonnateur provincial de cette communauté appelle «ceux-là qui sont dans la forêt à revenir à la raison».

Selon lui, le temps de la paix a déjà sonné. ‘‘Aucun motif ne vaut pour se rebeller contre ses propres frères’ a-t-il déclaré.

«Ceux qui sont dans la forte doivent savoir que le contexte a déjà changé, il y a déjà un nouveau président et un nouveau gouverneur qui ont une vision pour changer les choses. Il est possible que ces gens soient contraints de sortir de la forêt, c’est pour moi le moment de leur dire qu’ils se rendent aux FARDC avant que le pire n’arrive.
Il y en a ceux qui tuent leur propre mères, leurs propres pères, je pense qu’aucun motif ne vaut pour se rebeller contre son propre territoire », a-t-il indiqué.

La désolidarisation avec les groupes rebelles, sollicitée.

Pour Emmanuel Gashamba, l’on doit plus sensibiliser les différentes couches de la population pour qu’elles se désolidarisent avec les groupes armés qui ont toujours semé la terreur dans cette zone.

« Il y a nos frères qui sont dans la forêt et qui insécurisent plus d’une contrée dans le Rutshuru, c’est avec les sensibilisations qu’ils pourront revenir à la raison, la mentalité doit changer, tous ceux qui aiment la paix doivent se comporter comme de fils et filles dignes de la patrie, ceux-là qui ont toujours collaboré avec les ennemis doivent aussi savoir que le temps de la paix c’est aujourd’hui, si nous voulons le développement nous devons nous mettre dans la logique de ceux-là qui veulent pacifier chez nous, mais coopérer avec l’ennemi reste une preuve éloquente de la perfidie », a-t-il chuté.

Pour rappel, plusieurs villages du territoire de Rutshuru font face à une insécurité grandissante, caractérisée par les assassinats, le kidnapping ainsi que le cambriolage de maisons. L’identité des auteurs de tous ces actes odieux a toujours divisé plusieurs observateurs, l’on retiendra que dans ce territoire plusieurs groupement rebelles y font la loi principalement les FDLR. D’où la nécessite pour les FARDC de prendre cette question en main pour le rétablissement de la sécurité dans tous ces villages longtemps meurtris par les criminels.

Prince Bagheni, à Goma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *