Ressources naturelles : des géants mondiaux se positionnent au Sénégal

Vue d'une exploitation pétrolière, Ph. Tiers

Les pétroliers algériens, malaisiens et naturellement français se positionnent davantage au Sénégal dans le secteur du pétrole et du gaz. C’est pour profiter des opportunités d’investissements.


Après la phase de découverte des gisements, vient celle des investissements. Le Sénégal en est à cette dernière étape ; certaines nations commencent à s’implanter davantage pour mieux se positionner.

Des pays tel que l’Algérie, pays membre de l’organisation des pays exportateurs de pétrole et qui est dans le top cinq des pays africains producteurs de pétrole derrière le Nigeria et l’Angola, la Malaisie qui est classée 28ème dans le rang des pays producteurs de pétrole, la France etc…

Ces nations ont la particularité d’avoir des entreprises qui sont des mastodontes dans le domaine du pétrole.

A en croire, le président directeur général de Net Oil, monsieur Jehu Ndoumi, « l’opportunité, c’est par rapport au futur. Le Sénégal va produire du pétrole (les premiers barils sont attendus vers 2022 » dit-il.

Pour le gaz, fait-il expliquer, il est important que « les entreprises puissent bénéficier de la manne financière pétrolière ».

Selon lui, « l’avenir énergétique de l’Afrique demeure très contraint par la mobilisation des ressources financières qui conditionnent les investissements ». L’on peut dire sans risque de se tromper que l’avenir de l’Afrique se fera avec les autres et l’avenir du monde se fera ensemble. Malgré tout, dans plusieurs pays, l’Afrique n’utilise pas ses ressources. Le continent africain doit assumer ses faiblesses, ce n’est pas chahuter ou critiquer les gouvernements africains, mais prendre en charge son potentiel et effacer toutes ses faiblesses.

Mapote Gaye à Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *