Report de la reprise des cours en RDC : ”Cette mesure viole certains articles de la constitution”, (Vascos Saasita)

Me Vascos Saasita, Jurisconsulte

Le énième report de la reprise des cours sur l’étendue du territoire national en cette période où la deuxième vague de la pandémie à coronavirus continue à secouer le pays, suscite des réactions dans la communauté congolaise. Nombreux analystes ne soutiennent pas la décision et dénoncent une éducation qui serait en panne.

Me Vascos Saasita, Jurisconsulte, qui s’est confié à Election-net.com, ce mardi 5 janvier 2021, a souligné que l’impression manifeste est que, l’alternance a créé plus de problèmes au lieu de les résoudre. Selon lui, ceux qui ont pris cette décision de reporter la reprise des cours sine die, ont déjà fini leur cursus scolaire, et pour la plupart, leurs enfants étudient à l’étranger.

Ainsi, il fait savoir à Election-net.com que la mesure telle qu’elle a été prise viole la constitution de la République Démocratique du Congo à ses articles 13, 37, 40, 42, 43 et 45.

”On ne peut pas priver les Congolais, de surcroît les enfants, cadres et candidats à la relève dans la gestion de la res publica demain de l’éducation au motif qu’il y a une deuxième vague de la pandémie”, a-t-il indiqué à Election-net.com

Cependant, ce Défenseur des droits de l’homme, Analyste et Chercheur en décentralisation et gouvernance locale s’adresse aux ministre de l’EPST et le numéro un de la riposte de dire à l’opinion si à Loselose, Halungupa, Kyavikere , Mwenda , Mutwanga , Bulongo et Lume il y a combien des cas des gens atteints de cette deuxième vague de la Covid-19.

”Qu’est-ce qui justifie la prise d’une telle décision à caractère général aux antipodes de la logique ?” S’interroge Me. Vascos Saasita.

En outre, il a rappelé que lors de la conférence des gouverneurs, le chef de l’État avait reçu plus de 100 représentants du peuple dans le cadre de l’Union sacrée, ”[…] aujourd’hui on apprend qu’il se prépare une plénière à l’Assemblée nationale, ma question ; ces attroupements sont immunisés à la Covid-19 et seules les écoliers et étudiants doivent être maintenu à la maison ou la décision en elle seule est un arbre qui cache la forêt ?”, poursuit-il.

Enfin, il a souligné qu’il est plus qu’urgent que ceux qui ont pris la décision de renvoyer la rentrée sine die de revoir leur mesure en élaguant son caractère général au moment où la Covid-19 n’est effective sur toute l’étendue du pays.

”Ce n’est pas parce qu’à l’étranger on crie Covid-19 que la situation soit être exportée intégralement en RDC. Il appartient, je suis d’accord aux autorités de prendre de mesures pour protéger la population mais lorsque cela va au-delà du bon sens, notre silence en tant que défenseur des droits de l’homme est coupable”, a-t-il chuté.

Prince Bagheni, à Goma