Réformes Électorales en RDC : Constant Mutamba préconise la mise en place d’une commission spéciale

Constant Mutamba, Président de la Nouvelle Génération pour l'émergence du Congo (NOGEC)/ photo Enet Joël Mesa

Constant Mutamba, président de la Nouvelle génération pour l’émergence du Congo NOGEC était en conférence de presse ce lundi 31 Mai à Kinshasa.

Plusieurs points ont été repris à l’ordre du jour dont la répartition des postes au niveau de la CENI tel que rendu public par l’assemblée nationale après étude au niveau de la commission PAJ de la même institution.

Pour Constant Mutamba, la décision de l’assemblée nationale est susceptible de provoquer de manifestations dans les jours avenir en République démocratique du Congo (RDC), car d’autres forces politiques ont été négligées. Pour préserver la cohésion nationale et au nom de l’intérêt général, il appelle à la création d’une commission devant gérer les réformes électorales.

“Nous avons eu trois cycles électoraux qui ont malheureusement accouché de plusieurs crises qui ont plombé la République jusqu’à aujourd’hui. Et pour ne pas récidiver, replomber le pays dans des crises récurrentes, la NOGEC a suggéré que des réformes électorales se fassent cette fois-ci de manière consensuelle,
à travers la mise en place d’une commission quadripartite
qui serait composée de la majorité au pouvoir, de l’opposition républicaine et radicale, de la société civile mais aussi des confessions religieuses. Et cette commission aurait pour mission de mettre en place une grille des réformes à soumettre au parlement pour le mouler en texte de loi” dit-il devant la presse et de rappeler:

“La République n’appartient pas à un seul camp politique. La République n’appartient pas seulement à ceux qui ont des députés à l’Assemblée nationale pour que eux seuls puissent repartir comme nous l’avons constaté les postes au niveau de la CENI. NOGEC souhaite que les jeux Électorales à venir soient arbitré par une personne neutre. La NOGEC appelle à un sursaut patriotique pour dépolitiser la CENI” renchérit-il avant de condamner ce qui s’est passé à l’assemblée nationale.

“Ce qui s’est passé à l’assemblée nationale jusqu’ici sur les répartitions des postes à la CENI, nous le condamnons de la manière la plus ferme. Ignorer aujourd’hui que la NOGEC est une force politique dans ce pays, que Martin Fayulu est une force non négligeable, que Muzito est une force politique est une grosse erreur. Il faut tenir compte de toutes les forces politiques en présence et non seulement des forces politiques représentées à l’assemblée nationale” conclut-il.

Joël Mesa Nzuzi

1xbet Code Promo ENET2021