Réchauffement climatique : Impacté par le méthane

Extraction du gaz Methane au Lac Kivu. Photo Eric LAFFORGUE/Gamma-Rapho via Getty Images

Lorsqu'on parle aujourd’hui du réchauffement climatique, il s’agit du phénomène d’augmentation des températures qui se produit sur Terre depuis 100 à 150 ans. Depuis le début de la Révolution Industrielle, les températures moyennes sur terre ont en effet augmenté plus ou moins régulièrement. Pour réfléchir sur cette question, Valérie Masson-Delmotte, climatologue et coprésidente du groupe n°1 du Giec, nous explique.


Dans un entretien accordé à Thinkerview, elle évoque certaines questions concernant le réchauffement climatique.


« Le méthane est le deuxième gaz qui impacte le plus le réchauffement climatique » explique la chercheuse Valerie Masson ; elle fait constater qu’il « est émis dans l’atmosphère lors de fuites dans les mines de charbon ou de gaz, mais aussi par les ruminants ou la fermentation des déchets ».

A l’en croire, « ces émissions connaissent une croissance forte et continue, or si sa durée de vie dans l’atmosphère est relativement courte, de l’ordre d’une dizaine d’années, son pouvoir de réchauffement est bien plus important que celui du Co2 ».

Et d’ajouter : « si nous parvenons à réduire ces émissions, les bénéfices seront très nombreux, d’autant plus qu’il agit sur la chimie de l’atmosphère et favorise la production d’ozone toxique ».

En 2021, la chercheuse déclare que parmi les facteurs d’origine lunaire, le dioxyde de carbone est bien le gaz le plus important pour le climat. « Chaque année, dans le monde, nous en rejetons plus de quarante milliards de tonnes » tient-elle à préciser.

Aussi, elle fait constater l’effet rebond avec la reprise de l’économie chinoise en particulier qui, dit-elle, entraîne de nouveau une hausse. Malgré tout, fait-elle rappeler, les émissions actuelles auront des répercussions au moins pour longtemps encore.

En Afrique centrale, par exemple, Le lac Kivu contient environ 60 Km3 de méthane (CH4) et 300 Km3 de dioxyde de carbone (CO2). Les deux gaz se trouvent enfouis dans les couches profondes du Lac. Les blocs gaziers devront être attribués et exploités, mais à quel prix?, car la dame nature fâche.


Mapote Gaye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *