RDC:”Cette nomination démontre que le Pape a un regard bienveillant vis-à-vis de mon pays et vis-à-vis de mon peuple”,Fridolin Ambongo

De gauche à droite : le Pape François et le cardinal Fridolin Ambongo. Ph de tiers.

Ecouter cette information

Nommé récemment par le Pape François au Conseil des Cardinaux, l’archevêque métropolitain de Kinshasa, en République démocratique du Congo, le Cardinal Fridolin Ambongo Besungu a, dans un entretien avec le site Vaticannews.va réagit à sa nomination au sein de ce Conseil.

Dans cet entretien dont election-net.com vous relaye dans cet article la réaction de ce dernier au sujet de sa nomination dans ce cercle des conseillers du Pape, le Cardinal Ambongo a donné aussi son opinion sur la nouvelle encyclique du Pape « Fratelli tutti » et s’est exprimé sur les questions abordées lors des dernières réunions de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Il est également revenu sur la problématique des enseignants dans les écoles conventionnées catholiques dans son archidiocèse.

Pour lui, cette nomination démontre que le Pape a un regard bienveillant vis-à-vis de son pays la République Démocratique du Congo et vis-à-vis de son peuple.

“Je suis plutôt surpris par cette grande nouvelle qui m’est tombée sur la tête. Ma première réaction a d’abord été de mesurer la gravité de cette information, par rapport à ma modeste personne et tenant compte de mes limites humaines que je connais. C’est un sentiment à la fois de joie et d’un peu de crainte, parce que, depuis ma nomination, je n’ai encore participé à aucune réunion du collège cardinalice. Et je me retrouve maintenant à ce poste. J’ai donc conscience de cette responsabilité qui sera désormais la mienne. Par rapport à mon peuple, j’ai accueilli cette nomination avec un sentiment de fierté, de beaucoup de joie et d’honneur. Cette nomination démontre que le Pape a un regard bienveillant vis-à-vis de mon pays le Congo et vis-à-vis de mon peuple”, a-t-il réagit.

Pour réussir dans ses nouvelles fonctions, il demande aux uns et aux autres de prier pour lui.

“Tout ce que je peux dire aujourd’hui, au regard de mes limites et de ma petitesse, comparées à la grandeur et à la noblesse de la tâche qui m’est confiée désormais, est de demander aux uns et aux autres de prier pour moi et de ne jamais se fatiguer de prier pour moi. Fort de ces prières et avec l’aide de la Vierge Marie, je saurais donner le meilleur de moi-même”, a-t-il chuté.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac