RDC : Voici "pourquoi aujourd’hui on parle de l’IGF", selon Jules Alingete

Jules Alingete, Inspecteur général-chef de service de l'IGF/photo droits tiers

Le patron de l'inspection générale des finances, Jules Alingete a ,dans une interview accordée au magazine LPDA, parlé de son parcours mais aussi de la prouesse de l'IGF.

A l'en croire, cette institution attachée à la présidence, qui vient d'accomplir plus de 20 ans d'existence, réalise un travail de titan et remarquable sous le régime Tshisekedi, simplement parce que le président de la République démocratique du Congo RDC, a mis la bonne gouvernance comme l’un des piliers importants de son mandat.

" Je suis inspecteur depuis le 5 janvier 1989. J’ai grandi dans cette maison. Je suis de la première promotion avec Kamitatu, Muzito et bien d’autres. J’ai gravi les échelons jusqu’à devenir inspecteur général en 2010. Et en 2020, son Excellence Monsieur le Président de la République m’a élevé au rang de d’Inspecteur général chef de service", a-t-il fait savoir avant de parler de l'essor que connaît l'inspection générale des finances.

"Pourquoi, aujourd’hui, le changement des méthodes ? Pourquoi aujourd’hui on parle de l’IGF ?C'est parce que ce service a toujours manqué une chose : l’appui au plus haut niveau de l’Etat pour exercer les activités des contrôles. Aujourd’hui, nous avons trouvé une opportunité historique et inespérée d’avoir un Chef de l’Etat qui a mis la bonne gouvernance comme l’un des piliers importants de son mandat.
Comme vous le savez, il n'y a pas bonne gouvernance s’il n’y a pas de contrôle. Alors, il y a vraiment lieu de privilégier les aspects des contrôles.
Le Président Félix Tshisekedi nous appuie tous les jours. Il nous accompagne. L’IGF a décollé avec cet appui de l’autorité suprême", précise le patron de l'inspection générale des finances, Jules Alingete.

Joël Mesa Nzuzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *