RDC: Voici le contenu de l'accord liant Félix Tshisekedi à Joseph Kabila

Joseph KABILA & Félix TSHISEKEDI. Ph. Tiers

La question relative au contenu de l'accord signé entre l'ancien Président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange, et son successeur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à la veille de la proclamation des résultats provisoires de la présidentielle de décembre 2018 par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), taraude les esprits des Congolais. Et ce, depuis près deux ans de règne de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Les divergences persistantes entre les deux coalitions au pouvoir, l'une(FCC), appuyant mordicus, l'existence de l'accord, l'autre (CACH), niant l'existence de celui-ci, poussent toujours plus d'un congolais à s'interroger sur le contenu dudit accord liant les deux Chefs de fil de ces deux structures politiques.

C'est dans ce contexte que le site d'informations 7sur7.cd révèle dans un article publié ce vendredi 30 octobre, consulté par election-net.com, ce que serait le contenu du deal passé entre les précités.

Selon ce site qui précise que ces révélations sont les résultats de plusieurs mois de recoupements, cet accord a pour nom : « Accord pour la stabilité et la paix au Congo ».

Il garantit l'immunité totale pour le clan Kabila (famille et dignitaires de son régime). Pas de poursuites pénales pour tous les crimes possibles commis (crimes de sang, crimes économiques et autres).

Il conditionne toute mise en place notamment dans les services de sécurité (Armée, police et services de renseignements), entreprises publiques, et territoriale par une concertation entre les deux leaders (Tshisekedi-Kabila).

En outre, la famille politique de Félix Tshisekedi devra soutenir lors de la présidentielle de 2023 la candidature FCC, famille politique de Kabila. « Principe de réciprocité: je te soutiens, tu me soutiens », explique ce site, selon sa source.

L'accord avait été signé en présence des témoins internationaux, dont 3 présidents, le Kenyan Uhuru Kenyatta, l’Égyptien Al-Sisi, et le Sud-Africain Cyrille Ramaphosa. Mais aussi des témoins nationaux, 5 généraux dont :

  1. Delphin Kahimbi (ex-patron des renseignements et ancien numéro 2 de l’armée, décédé depuis).
  2. Célestin Mbala (ex-chef aide de camps de Kabila et actuel patron de l’armée).
  3. John Numbi (ex-chef de la police, ancien patron de l’armée de l’air, ex-inspecteur de l'armée, aujourd’hui à la retraite).
  4. Amisi Kumba dit Tango Four (ex-patron de la zone de défense 1 et actuel inspecteur général de l'armée).
  5. Jean-Claude Yav Kabey (ex-patron de la sécurité personnelle de Kabila et donc de la garde républicaine).
  6. Nom de l’accord : « Accord pour la stabilité et la paix au Congo ».

Enfin, c'est la ferme de Kingakati, antre de Kabila située dans la banlieue Est de Kinshasa, qui avait servi de lieu de signature de cet accord, conclu ce site.

Rédaction