RDC-USA: la maison Blanche boude Katumbi

Moise Katumbi. Ph. Tiers

Impossible de croire mais vrai ! La maison Blanche a tourné le dos à Moïse Katumbi, président du parti politique Ensemble pour la République, pourtant ayant des groupes de pression aux USA depuis l’ère Kabila.

Les latinistes, n’ont-ils pas dit : « O tempora, o mores », avec comme traduction « Ô temps, ô mœurs », comme pour dire, les vielles gloires Katumbistes à la maison Blanche sont dévolues.

Des sources crédibles, la maison Blanche a décidé de se ranger dériere Félix Tshisekedi, boudant ainsi les lobbyistes Katumbistes qui faisaient trembler la Kabilie.

Mike Hammer, la machine qui bloque

Selon nos sources, Mike Hammer, l’omniprésent Ambassadeur des USA en RDC, serait au four et au moulin pour, non seulement freiner les Katumbistes mais aussi bloquer ces derniers.

“Malgré les lobbyistes de Moïse Katumbi à Washington, qui tâchent de restreindre les liens privilégiés tissés par l’administration de Joe Biden avec celle de Félix Tshisekedi, la diplomatie américaine, rangée derrière le suractif ambassadeur à Kinshasa Mike Hammer, reste mobilisée en faveur du chef de l’Etat congolais”, écrit le média africaintelligence.fr.

Longtemps accusé de s’ingérer dans les affaires internes de la RDC, le diplomate américain sort, à ces jours, gagnant devant ses détracteurs. Du moins, aux yeux du régime Fatshiste, il a encore ses beaux jours devant lui.

Quand la “Congolité” s’invite

Déjà sur le plan national, la pomme de discorde entre les deux personnalités, c’est la controversée proposition de loi Tshiani sur la “Congolité”.

Cette dernière vise à verrouiller les postes de souveraineté nationale, notamment la Présidence de la République, qu’aux seuls congolais nés de père et de mère. Son initiateur, Noël Tshiani, ancien candidat malheureux à la présidentielle de 2018, appelle les parlementaires à y jouer le rôle d’arbitrage.

Du côté des Katumbistes, cette proposition de loi ne vise qu’à réduire au silence leur leur Mentor pour que ce dernier ne se présente pas comme candidat aux élections de 2023.

Dossier à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *