RDC : un rapport sur la Sicomines qualifie le projet Busanga "d'une escroquerie juridique"

Barrière principale de l'entreprise Sicomines (Ph. Enet/Stanislas L)

Dans son rapport intérimaire sur la Sino-congolaise des Mines (Sicomines) remis aux parties concernées pour leurs observations, produit pour son compte par un consultant, consulté par le journaliste Clément Bonnerot de France 24, l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE/RDC) consacre une partie de son analyse sur la joint-venture sino-congolaise au projet de la centrale hydroélectrique de Busanga(projet Sicohydro).

"Le cabinet China ENFI avait recommandé son financement à hauteur égale par le projet infrastructure et la JV minière", rapporte le journaliste.

Et de poursuivre :

"Suivant ces recommandations, la RDC aurait dû se retrouver avec 66% de parts sociales. Or, l'accord de JV de Busanga signé en juillet 2016 a donné 75% de parts sociales à la Sicomines, 7% à la Gécamines, 3% à la SNEL et 15% à Congo Management".

" Le rapport dénonce un "effet trompe-l'oeil" et souligne qu'aux termes de l'article 6.2.5 de l'accord de JV, le groupe Gécamines a été contraint de renoncer à ses droits et intérêts au profit de deux entreprises du consortium chinois", rapporte toujours le journaliste Clément Bonnerot, avant d'ajouter :

" Par ailleurs, les sociétaires de Congo Management ne sont pas identifiés, car l'entreprise n'est pas répertorié parmi les sociétés d'État congolais. Le rapport conclu donc que Sicohydro est une société privée de JV, où l'État congolais est minoritaire avec 10%".

Il indique enfin que pour l'auteur du rapport, la JV de Busanga "relève d'une escroquerie juridique qui devrait normalement entraîner des poursuites judiciaires à l'encontre de ses signataires, congolais comme chinois".

Pour rappel, Le projet Busanga vise la construction d’une nouvelle centrale hydroélectrique de 240MW sur la rivière Lualaba, en territoire de Lubudi, chefferie de Munanga, dans la province du Lualaba, en République démocratique du Congo, pour un budget prévu de 660 millions de dollars. En aout 2016, le gouvernement a accordé la concession pour Busanga à une entreprise de partenariat appelée la Sino-Congolaise Hydroélectrique (Sicohydro SA). Ce projet énergétique s’inscrit dans le partenariat "minerais-et-infrastructures" de la Sicomines, que Busanga alimentera en priorité.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *