RDC: un journaliste suggère le vote d’une loi interdisant aux députés d’être nommé au gouvernement

Israel Mutombo, Ph. Tiers

La composition du gouvernement d’union sacrée de la nation en république démocratique du Congo est toujours objet des réactions.

Les membres de cette nouvelle Coalition qui ne se sont pas retrouvés dans ce gouvernement affichent leur mécontentement. De l’autre côté, il y en a ceux qui dénoncent que la plupart des députés ont cédé leurs sièges à leurs suppléants au parlement et occupent présentement des postes ministèriels.

Dans un tweet, Israël Mutombo, journaliste d’investigation en république démocratique du Congo propose qu’une loi soit votée pour qu’un député ne soit plus nommé ministre ou mandataire. ”Trop c’est trop”, s’exclame-t-il.

”[…], Chers députés “révolutionnaires” le Congo mérite mieux. Voudriez-vous un gouvernement de 200 membres? Tous voudriez-vous devenir ministres ? Non, non et non”, reagit-il sur son compte twitter.

En rappel, le gouvernement Lukonde, compte 56 membres mais 23 sont des députés nationaux. Et selon le règlement intérieur qui régit la chambre basse du Parlement, les élus promus ont huit jours pour décider de continuer à siéger à l’Assemblée nationale ou rejoindre le Gouvernement.

Parmi ces élus nationaux, figurent notamment Christophe Lutundula, nommé vice-premier ministre des Affaires étrangères, Eve Bazaiba, vice-premier ministre de l’Environnement, Muhindo Ngangi à l’Esu, Tony Mwaba à l’Epst, Modero Nsimba au tourisme,

Chérubin Okende va au Transports, Adel Kayinda au Portefeuille, Jean Pierre Lihau à la Fonction publique, Fabrice Puela aux Droits humains, Patrick Muyaya à la Communications, Godard Motemona aux Mines et Aminata Namasa vice-ministre à l’Epst pour ne citer que ceux-là.

Prince Bagheni