RDC : “Un homme blanc vaut des noirs animaux ?”, s’interroge Magloire Paluku

Magloire Paluku, journaliste congolais vivant à l'Est du Pays. Photo tirée sur sa page facebook

Dans son nouveau poème intitulé la mort au noir, le journaliste Magloire Paluku organise ses vers de la manière que voici :

Il était une fois ici et là-bas à la fois
La mort au noir sans prix pour lois
Des dizaines d’années après l’apartheid
Un bras noir demandant secours à l’aide
Dans un pays où coulent les larmes et le sang,
N’avait ni radio ni télévision de son rang !

La mort du noir est morte dans ce monde
Les fils descendants d’ Adam en ronde
Dans un joli parc confisqué aux habitants
Passaient une mort connue et un décès errant.
Le monde ne voit que du rose sur du clair
Il enterre le brun sombre calciné du solaire.

C’est la justice brillant sur du faux
Un homme blanc vaut des noirs animaux?
Les complexés règnent sur des humains
Le cadavre du noir plié dans l’enfer terrien
Ils avaient rédigé des condoléances
Des fusées pour tuer la conscience !

Que le ciel s’ouvre pour révéler l’anathème
Que la terre avale les injustes sur ce thème
La mort du noir est encore un fait divers
Après l’esclavage se vivait à l’envers;
Une réelle mort après la mort
De l’oubli dans ces larmes et remords!

MAGLOIRE PALUKU

Ce nouveau poème de Magloire Paluku intervient au moment où l’est de la République Démocratique du Congo est secoué par les tueries en masse de la population. En Ituri ou encore au Nord-Kivu, des morts s’enregistrent presque au quotidien.

Il y a 24 heures, au Nord-Kivu par exemple, au moins dix civils ont été tués dans les attaques attribuées aux rebelles ADF dans la région de Beni. Un peu plus loin, près de la ville de Goma, 3 personnes dont l’ambassadeur de l’Italie en RDC sont décédées dans une embuscade des hommes armés.

Dieubon Mughenze