RDC/UDPS: "Ils (militants) n’acceptent en aucun cas la contradiction", Théodore Ngoy

Theodore Ngoy, candidat à l’élection présidentielle en RDC. Kinshasa, le 4 décembre 2018. Photo de tiers

Les deux opposants et candidats malheureux à l'élection présidentielle de 2018, Martin Fayulu et Théodore Ngoy ont été traduit en justice par une ONG qui juge de "menaçant" leurs propos vis-à-vis de la personne de Félix Tshisekedi président de la RDC, République Démocratique du Congo.

Incitation à la révolte envers l’autorité publique et offense au chef de l’État , atteinte à la vie de Félix Tshisekedi telles sont les accusations retenues contre ces deux personnalités, d'après l'ONG "le Centre de réflexion juridique de la lutte contre l’impunité (CRJLI)" qui accuse Martin Fayulu et Théodore Ngoy.

Si pour l'entourage de Martin Fayulu, cette convocation n'est qu'une pure distraction, Théodore Ngoy quand à lui, promet de répondre à cette convocation le jeudi 10 septembre.

Dans une note informative, il demande aux autorités une escorte pour son déplacement et pour assurer la sécurité de sa propriété contre des militants pro-Tshisekedi, qui, explique-t-il, « n’acceptent en aucun cas la contradiction ».

Cette convocation de Martin Fayulu et Théodore Ngoy est suite à leur position prise à l'encontre des ordonnances de Félix Tshisekedi contresignées par le vice-premier ministre, ministre de l'intérieur, Gilbert Kakonde. Ces ordonnances selon eux, viole l'article 158 de la constitution notamment à ce qui concerne la nomination des deux juges membres de la cour constitutionnelle à la cour de cassation alors que leur mandat était en cours.

Joël Mesa Nzuzi