RDC/Tueries de Beni : l'ECC réitère la nécessité de mettre en place les mécanismes de la justice transitionnelle (Communiqué)

Pasteur André Bokundoa, président de l'ECC. Ph de tiers.

L'Église du Christ au Congo (ECC) est monté au créneau ce 4 janvier, journée des Martyrs, pour dénoncer les massacres du weekend dernier et ceux passés dans le territoire de Beni.

À cet effet, l'Église du Pasteur Bokundoa Bo-Likabe réitère la nécessité de mettre en place les mécanismes d'une justice transitionnelle. Ce, "afin de rendre justice à toutes les victimes de la barbarie en RDC dont certains auteurs sont nommément cité dans le Rapport Mapping des Nations Unies ainsi que pour dissuader ceux et celles qui ont à l’esprit des velléités similaires".

Ci-dessous l'intégralité du communiqué de l'ECC :

CULTE PROTESTANT
ÉGLISE DU CHRIST AU CONGO
PRESIDENCE NATIONALE
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’Eglise du Christ au Congo dénonce le silence et l'indifférence des autorités politico-administratives de la République et de l’ONU sur les tueries à l’Est de la RDC

A l’instar du sang d’Abel versé par son frère Caïn qui exigeait vengeance devant Dieu (Genèse 4, 3-10), celui de nos compatriotes congolais aussi parle et continue d’exiger vengeance devant le même Dieu.
En ce jour du 4 janvier 2021, où l’Eglise du Christ au Congo (ECC) commémore pour la première année depuis son institution, le 4 janvier 2020 par son Représentant Légal et Président National, Révérend Dr André Bokundoa-bo-Likabe, « la journée des Martyrs de l’indépendance et du Génocide congolais avec plus de 6.000.000 de morts », le cœur meurtri des Congolais ne cesse de saigner pour leurs compatriotes arrachés, injustement et sauvagement, et tous les jours à la vie par le fait de l’insécurité récurrente dans le pays et particulièrement par les groupes armés qui écument la population dans la partie Orientale (Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu) de la RDC.
A cet effet, l’Eglise du Christ au Congo ne se lassera pas d’exiger en faveur du peuple Congolais de la dignité humaine ; la paix durable ; la justice ; la sécurité ainsi que toute sorte de réparation des dommages subis par de nombreuses familles.
Le tableau sécuritaire sombre peint il y a de cela une année par l’Eglise du Christ au Congo, à l’occasion de l’institution de cette journée de « Génocide congolais avec plus de 6.000.000 de morts », reste d’actualité.
Car, pas plus tard, qu’à la nuit de la traversée de la Saint-Sylvestre du 31 décembre 2020 au 1er janvier 2021, un bain de sang a, à nouveau, fait au moins 22 morts civils selon le bilan établi. Et encore plus récemment, des jeunes pilotes, fleurons de la Force aérienne congolaise qui ont perdu la vie dans le cadre de l’exercice de leur fonction sous le drapeau.
Ces massacres perpétuels, en dépit des efforts inlassables du Chef de l’État et du gouvernement de la République demeurent, malheureusement, à ce jour d’autre part, le fruit de la trahison de certains fils et filles du pays qui se livrent à des intérêts vaniteux. L’Église du Christ au Congo les appelle tous à revenir à la raison et de se placer du bon côté de l’histoire car tôt ou tard, le peuple en sortira vainqueur.
De ce qui précède, l’Eglise du Christ au Congo :
Présente ses condoléances à toutes les familles congolaises éplorées du fait des tueries à répétition dans divers coins de la RDC et en l’occurrence à l’Est ;
Dénonce avec la dernière énergie les atrocités qui sévissent sur le territoire congolais et rappelle à ces forces du mal le caractère de la sacralité de la vie humaine ;

Dénonce à la fois le silence du peuple congolais, des institutions de la République, des acteurs politiques et sociaux ainsi que de la Communauté internationale sur le génocide qui continue d’être perpétré sur le sol congolais ;

Appelle les forces de sécurité et de l’ordre à la sécurisation du peuple congolais et des frontières héritées depuis la conférence de Berlin de 1885 et indépendant depuis, 1960 ;

Exhorte le Président de la République, en sa qualité de garant de la Nation, de consolider les acquis des consultations nationales qu’il a menées pendant près d’un mois et d’impliquer toutes les forces de la société à la démarche des solutions durables et consensuelles aux problèmes des congolais ;

Réitère la nécessité de mettre en place les mécanismes de la justice transitionnelle afin de rendre justice à toutes les victimes de la barbarie en RDC dont certains auteurs sont nommément cité dans le Rapport Mapping des Nations Unies ainsi que pour dissuader ceux et celles qui ont à l’esprit des velléités similaires ;

Rappelle que nous sommes un peuple fort, uni, béni et prophétique. Ne perdons pas courage. Car, la victoire est certaine par la grâce de Dieu.
En outre, l’Eglise du Christ au Congo est déterminée à mener le combat de la quête perpétuelle du bonheur de notre Nation et de son Peuple. Elle est disposée à travailler avec tous dans le but de converger nos efforts pour relever les défis de la RDC.

Fait à Kinshasa, le lundi 04 janvier 2021.
Pasteur Maurice Mondengo Iyoka B.
Directeur de Cabinet Adjoint du Président National de l’ECC. Directeur de Communication, Presse et Relations Publiques de l’ECC.

Liévin LUZOLO