RDC: Traité de ''xénophobe'' et ''tribaliste'', enfin la réaction de Félix Kabange Numbi !

Le député Félix Kabange Numbi/ photo d’illustration, tiers

Le député National Félix Kabange Numbi, un des cadres du front commun pour le Congo, sort de son silence par rapport à toutes les accusations portées contre sa personne.

Dans une déclaration sur sa page Twitter, ce lundi 14 septembre 2020, celui-ci a souligné qu'il est victime des graves accusations de xénophobie et d'appel à la haine tribale contre la communauté kasaienne.

''[…] certains qui me connaissent ont eu du mal à l'admettre mais la campagne médiatique lancée par M.Kapiamba et Jean-Claude Katende était tellement forte, que cela paraissait comme vrai'', a-t-il indiqué

Répondant à ceux et celles qui étaient déçus par le fait qu'il n'a pas présente ses excuses pour clore ce dossier, il a noté qu'il ne l'a pas fait parce qu'il a une conscience tranquille…

''Je ne suis pas séparatiste et encore moins tribaliste. J'ai la division du Congo en horreur ! Je suis dans la vie publique depuis plus de 18 ans et je pense avoir démontré clairement quelle est la philosophie qui constitue la colonne vertébrale de mon engagement'', a dit Félix Kabange Numbi.

Et de poursuivre, qu'il n'a prononcé aucune parole d'incitation à la haine dans la réunion qu'il a tenue à Lubumbashi, aux côtés Jacques Kyabula, gouverneur du haut Katanga.

En dépit de tout ce qui a été dit sur sa personne, Félix Kabange Numbi se dit qu'il va continuer à dénoncer le comportement ''incivique'' de Tshiswaka et des certains militants de l'UDPS au Haut-Katanga et dans l'espace grand Katanga, qui, selon lui, risque de conduire à la confrontation entre communautés si des mesures drastiques ne sont pas prises.

Il ne se lasse pas…

''Rester silencieux face aux agissements de Tshiswaka et ses adeptes, c'est être complice et les dénoncer ne peut pas signifier qu'on s'en prend à la communauté kasaienne'', a-t-il martelé.

En outre, ce cadre de front commun pour le Congo, a noté qu'il a été surpris de constater qu'à la suite du tweet de Georges Kapiamba, une vidéo a été produite transformant les propos que ''j'ai tenu auprès des journalistes en sortant de la salle en y accordant à dessein une interprétation erronée'', précise t-il.

''Heureusement pour moi, un caméraman de Lubumbashi avait enregistré l'entièreté de mes propos devant les haut cadres du FCC particulièrement sur l'aspect sur lequel j'ai été attaqué ces derniers jours par rapport à la communauté kasaienne vivant au Katanga'', a-t-il fait savoir.

Enfin, il a précisé que cette situation prouve en suffisance que certaines organisations des droits de l'homme s'adonnent à la manipulation et lancent des campagnes payées sur mesure pour discréditer des personnalités publiques.

''j'ai été l'une de leurs victimes et je le dénonce ! je vous invite de suivre attentivement cette vidéo'', conclut-il.

Prince Bagheni