RDC/Taxe RAM : enfin, la solution gouvernementale face à la grogne sociale

Ph. Illustration

  • Face à la grogne sociale à propos de la taxe Registre des appareils Mobile (RAM), initiée par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC), le gouvernement, lors de la deuxième réunion du conseil des ministres, s’est penché sur la question.

En effet, le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, a noté le mécontentement des utilisateurs des réseaux de communication vis-à-vis des méthodes de prélèvement de cette taxe que certains qualifie d’illégale, d’autres, d’escroquerie.

Selon le compte-rendu du Conseil des ministres du vendredi 7 mai, le patron de l’intérieur a proposé à l’exécutif national la création d’une commission interministérielle pour éclairer l’opinion.

« Quant à la taxation de ce service, il a suggéré la constitution d’une Commission interministérielle pour examiner cette situation afin d’éclairer l’opinion », indique le compte-rendu du conseil des ministres, lu par le ministre de la communication et Médias, Patrick Muyaya.

Selon le gouvernement qui a instauré la taxe RAM sur l’usage de téléphone, elle va permettre à l’autorité publique de lutter contre les téléphones contrefaits et protéger ainsi les données téléphoniques de tous les Congolais. Grâce à ses retombées, la population pourra accéder à une connexion gratuite d’internet dans les espaces publics, notamment les universités, les aéroports, des jardins de détente, des bâtiments publics, etc.

Liévin LUZOLO