RDC-Sextape des élèves : sous pression, Tony Mwaba rétropédale

Tony Mwaba, Ministre de l'EPST/ photo droits tiers

L’exclusion définitive des élèves acteurs du Sextape du Collège Saint Georges et de toute réinscription dans tous les établissements scolaires du territoire national par le biais du Ministre de l’Enseignememt Primaire, Secondaire et Technique ( EPST ) Tony Mwaba n’a pas fait l’unanimité. Ce dernier est revenu sur cette décision sévère et l’a carrément rétracté 24 heures après.

En effet, contrairement à ce qui s’est raconté, le cabinet du Ministre de l’EPST précise que cette sanction n’émane pas du numéro 1 de de l’enseignement primaire, secondaire et technique, alors que la déclaration de cette mesure disciplinaire avait été lue en sa présence par la direction du Collège Saint Georges affirmant que c’est sur sa décision que cette sanction avait été prise.

« Contrairement à ce qui se lit dans la presse depuis ce mardi, le Ministre Tony Mwaba n’a jamais exclu les élèves auteurs du sextape au sein de l’école Saint-Georges, du système éducatif congolais »,, a réagi le cabinet du Ministre de l’EPST tout en précisant que selon le procès verbal établi par le conseil de discipline de Saint Georges, la décision d’exclure définitivement ces élèves du système éducatif congolais n’y est pas reprise ni même ailleurs non plus, et ce, même si le ministre l’avait souhaité vu la gravité de la situation.

Rétractant cette décision de les exclure dans toutes les écoles, ces élèves sont cependant bannis dans tous les établissements catholiques, et ce, en respect à la foi de ladite religion, apprend-on.

Le Ministre des Droits Humains Fabrice Puela qui avait également réagit sur cette exclusion définitive, a précisé sur son compte Twitter d’être « rassuré » par son collègue de l’EPST. « Les élèves du collège St Georges, auteurs d’actes immoraux (que nous condamnons fermement) sont exclus de l’école et non du système éducatif national. Merci de le faire savoir à tous. », a-t-il écrit.

Malgré ce rétropédalage, l’opinion tant nationale qu’internationale qui suit de près cette actualité, n’a pas digéré cette prise de position du Ministre de l’EPST, alors que sa mission est celle de garantir une bonne éducation à tous les enfants du pays.

Le cabinet du Ministre conclut que l’autorité nationale de l’EPST n’a qu’une seule voie de prise de décision qui n’est autre que la signature d’un arrêté.

Certains s’indignent de cette exclusion rappelant que plusieurs faits similaires des autorités étatiques, des pasteurs, acteurs du cinéma et autres n’ont jamais été autant sévèrement sanctionnés, alors que ces mineurs ont droit malgré tout, à une éducation, même si ces actes sont condamnables.

Theo Liko

1 thought on “RDC-Sextape des élèves : sous pression, Tony Mwaba rétropédale

  1. À défaut de cette décision de rayer ces enfants dans le système éducatif, ils doivent subir une sanction conforme à ces actes miamiens qui troublent la culture congolaise. Puis, pour épargner les autres enfants de leur éducation pornographique, ils doivent avoir les instituteurs qui vont s'occuper d'eux. Nous craignons fort comme tout parent qui ne voudrait pas voir ses enfants avec de mauvais compagnons. Ils sont dangereux dans la société
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *