RDC/Sénat : Ne voyant pas ses immunités restituées, Matata Ponyo : "je vais écrire au secrétaire général de l'ONU"

Le sénateur Matata Ponyo. Ph Floride Zantoto

Le sénateur Matata Ponyo réclame que ses immunités levées, il y a plusieurs mois, lui soient restituées. À la plénière de ce jeudi 9 décembre 2021 au sénat, l'ancien premier ministre congolais a expliqué pourquoi il devrait retrouver ses immunités. Et ce, lors d'une motion d'information.

Il a accusé le président du sénat d'être complice avec le procureur général pour ne pas lui restituer ses droits. Réponse du berger à la bergère, le président Bahati Lukwebo qui n'a pas digéré les propos du sénateur, a déclaré qu'il n'y était pour rien avant de couper le micro à Matata Ponyo qui voulait réagir.

Claquant ainsi la porte, l'ancien premier ministre a expliqué "l'inimaginable" qui, selon lui, se passe au sénat après que la cour constitutionnelle se déclare incompétente dans l'affaire Bukanga Lonzo.

"Nous sommes dans un dérapage inimaginable. La chambre haute qui est censée d'être la chambre de sagesse est en complicité. Comment voulez-vous comprendre qu'un président du sénat puisse être en complicité avec le procureur général pour prendre en otage un sénateur. Le président du sénat va voir le procureur pour dire, aider moi à arrêter un sénateur", a-t-il déclaré avant de poursuivre :

"Même à l'époque du maréchal Mobutu, on n'a jamais vu ça. Où est-ce que vous avez vous et dans quel pays, la cour constitutionnelle qui est l'instance la plus haute prend une décision, un président du sénat refuse de l'appliquer. C'est inimaginable…. Tout simplement parce que, ce que le président cherchait qu'on puisse condamner monsieur Matata n'a pas été appliqué".

Quant à la suite des événements, Matata Ponyo a indiqué qu'il va saisir les instances onusiennes : "je vais écrire au secrétaire général de l'ONU".

En novembre dernier, la cour constitutionnelle s'est déclarée incompétente de poursuivre Matata Ponyo soupçonné de détourner les fonds alloués au projet Bukanga Lonzo, lorsqu'il était premier ministre.

Dieubon Mughenze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *