RDC/Représentativité féminine au prochain gouvernement : les femmes leaders interpellent les présidents des partis politiques

La Dynamique des Femmes Candidates en conférence de presse. Ph Enet/Liévin LUZ

Les femmes leaders se sont levées, ce jeudi 01 Avril, lors d'un point de presse tenu à Kinshasa pour faire entendre leur voix face au respect de l'article 14 de la constitution qui appelle au respect de la parité homme-femme dans la sphère de prise des décisions.

S'appuyant sur la décision du chef de l'État d'accorder un quota de 30% aux femmes dans le prochain gouvernement, ces femmes ont appelé les chefs des partis et regroupements politiques à respecter la bonne volonté du président Tshisekedi en présentant des listes paritaire au premier ministre.

D'entrée de jeu, Annie Bambe, défenseur des droits de l'homme, chargée des plaidoyers, suivis et évaluation du mouvement "Rien sans les femmes", a indiqué que les organisations féminines de la RDC appelle à la mobilisation communautaire pour la représentation égalitaire femme-homme dans le prochain gouvernement. Pour elle, les femmes sont consternées par le non-respect de l'article 14 de la constitution.

"C'est pourquoi, les femmes soutiennent la position du Chef de l'État, de ne pas signer l'ordonnance portant nomination des membres du gouvernement qui ne tient pas compte d'une forte représentation des femmes. Elle encourage le premier ministre de rester vigilant et exhorter les responsables des partis et regroupements politiques de s'approprier les textes juridiques promouvant les droits des femmes, en proposant les noms des femmes dans le respect strict de l'article 14 de la constitution de la RDC".

Isabelle Monga, présidente de Renafer est revenue, quant à elle, sur la rencontre du 18 mars de la première dame avec le premier ministre, Sama Lukonde, où elle a plaidé en faveur de la parité homme- femme en provision du futur gouvernement. Isabelle Monga a, par conséquent, demandé l'implication totale du premier ministre pour que la femme en particulier la femme rurale, se retrouve dans les instances des prises de décisions.

Pour sa part, Innocente Tshilanda du caucus des jeunes femmes, a plaidé pour que les jeunes femmes Congolaises, qui soutiennent le Chef de l'État, soient alignées sur la liste des ministrables mais aussi au sein des entreprises publiques.

Ces femmes qui sont montées au créneau ce jeudi, à l'instar de Marie-Josée Busana du cartel des femmes Politiques, sont revenues sur les compétences que détiennent les femmes. La présidente du Cartel des femmes Politiques a rassuré que les femmes Politiques détiennent une banque des données de femmes bien formées dans les différentes structures et se disent prêtes à la mettre à la disposition du premier ministre.

La Dynamique Nationale des Femmes Candidates (Dynafec) représentée sa coordinatrice, Carine Kanku, a appelé les parties prenantes impliquées la mise en place du prochain exécutif à travailler au respect de la constitution de la RDC en son article 14. Ce dernier qui garantit la participation de la femme dans toutes les institutions de prise de décision et de tenir parole.

"Aux Chefs des partis politiques de présenter des listes partiaires au premier ministre", a-t-elle déclaré.

Pour conclure, Bishop Josée Rachudi, présidente des femmes de l'Union sacrée a demandé à toutes les femmes Congolaises de faire confiance au président Tshisekedi. "Je vous confirme que le président Tshisekedi vous surprendra ces deux ans qui lui restent".

Notez que le Chef de l'État a manifesté la volonté de voir 30% des femmes dans le gouvernement du premier ministre. "Si le gouvernement tarde à sortir, c'est parce-que le Chef de l'État a refusé la liste lui présentée par Sama Lukonde. Sur cette dernière ne figurait pas les femmes", avait déclaré Augustin Kabuya secrétaire général de l'UDPS.

Liévin LUZOLO