RDC/Rapport Mapping : le cardinal de Kigali défend Paul Kagame

Mgr Antoine Kambanda. Ph. Tiers

Les réactions entre officiels Congolais et Rwandais sur les conclusions du Rapport Mapping, continuent à défrayer la chronique. La dernière en date est celle d’un prince de l’église catholique, l’archevêque de Kigali, le cardinal Rwandais Antoine Kambanda.

De Kigali où il se trouve, dans un entretien exclusif accordé à « La Croix » quelques semaines après les propos du président Kagame à Paris, l’archevêque de Kigali estime également que ”le rapport Mapping” dirigé par le Haut-Commissariat des Nations Unies au droit de l’homme et publié le 1er octobre 2010 «n’est ni juste, ni honnête.»

Le rapport Mapping du Haut-Commissariat des Nations Unies au droit de l’homme publié il y a dix ans, documente les crimes les plus graves commis en République démocratique du Congo (RDC). Ce projet a mobilisé plus d’une vingtaine d’enquêteurs indépendants qui pendant presque un an ont recensé par ordre chronologique et par province 617 « incidents », des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et de possibles crimes de génocide commis entre 1993 et 2003. Cette période couvre les deux guerres du Congo qui avait impliqué jusqu’à neuf armées étrangères et dont est issu aujourd’hui encore l’essentiel de la classe politique congolaise.

Lorsqu’on lui demande s’il juge que Paul Kagame est le plus grand criminel de la région des Grands Lacs, le cardinal Antoine Kambanda, déclare ” Non, il a arrêté le génocide, lui et lui seul”.

Pour l’homme en soutane, toutes les accusations portées contre le Rwanda dans le Rapport Mapping sont des pires et simples «inventions». «Ce que le FPR a fait au Zaïre (aujourd’hui la RD-Congo), c’était la guerre pour poursuivre les génocidaires. Ces derniers s’étaient réorganisés pour nous attaquer. Il y avait des civils avec eux. Ils les ont entraînés dans un voyage épouvantable au cœur de la forêt congolaise. Beaucoup sont morts dans cette échappée », soutient-il.

Des Congolais complices

Antoine Kambanda ne s’arrête pas en si bon chemin : «Mais cela n’est en rien un génocide comme le sous-entend le rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies au droit de l’homme, le rapport Mapping. Il est ni juste, ni honnête. La plupart des réfugiés rwandais au Zaïre sont rentrés au pays. Mais les responsables et les acteurs du génocide des Tutsis, leurs alliés congolais ont inventé cette accusation », poursuit-il.

Le cardinal de Kigali pointe un doigt accusateur sur les occidentaux comme auteurs de l’instrumentalisation de cette affaire du génocide. « Elle est reprise, parfois de bonne foi, par des Occidentaux. Mais ils se font instrumentaliser par ceux-là mêmes qui ont intérêt à ce que l’on ne regarde pas ce qu’ils ont fait chez nous. J’invite ceux qui, de bonne foi, se font le relais de ces accusations, à venir au Rwanda pour constater la réalité de notre pays», tranche-t-il.

Héritier Bashige M, Nelly E, et Guy K

1xbet Code Promo ENET2021