RDC/ RAM : " Il donne l'impression de saboter la politique du peuple d'abord", Jonas Tshiombela à Kibassa Maliba

Le ministre Kibasa MALIBA.

Le président de la Nouvelle société civile congolaise (NSSC), Jonas Tshiombela, estime que, "la taxe RAM n'a aucune base légale, elle doit être purement et simplement supprimée".

Dans un message à la presse, Jonas Tshiombela rappelle aux députés nationaux, la nécessité d'exiger la suppression pure et simple de cette taxe, ce qui donnerait un sens à leur interprétation.

"Honorables Députés votre interpellation de ce ministre n'aura de sens que si vous arrivez à obtenir absolument et impérativement la suppression de cette taxe illégale. Sinon, c'est du déjà vu, car un tel spectacle risque de nous rappeler les vieilles pratiques de triste mémoire de l'impunité dans de la république des intouchables", dit-il avant de noter que le ministre du PTNTIC veut jeter en pâture la politique du chef de l'État Félix Tshisekedi.

"Ce ministre apparemment cherche à créer la rupture entre le peuple et ses dirigeants. Il donne l'impression de saboter "la politique du peuple d'abord" mis en place par le Président de République en tentant de soulever la population à cause de cette taxe illégale", poursuit-il.

D'après lui, "l'opinion publique a été surprise et choquée d'entendre que cette taxe illégale financerait la gratuité de l'éducation fondamentale", et de s'interroger :

" Mr le Ministre combien d'enseignants nouvelles unités( NU) ont été pris en charge par cette taxe illégale, que dire des enseignants non payés(NP)qui continuent à crier ne sachant pas à quel saint se vouer. Combien d'écoles ont été construites ou équipées en infrastructures suite à l'apport de cette taxe illégale ? Il nous a été dit que cette taxe aiderait à retrouver les téléphones volés, peut -on savoir le nombre de téléphones récupérés suite à l'action de cette taxe dangereuse ? Que dire de la connexion internet dans les universités ? Dans la nomenclature de taxe en RDC, nous avons du mal à retrouver cette taxe. Pourquoi cet acharnement sur les citoyens pauvres que nous sommes ?" s'indigne Jonas Tshiombela.

Joël Mesa Nzuzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *