RDC : "Quoi faire pour tourner la page Kadima ?", s'interroge Noël Tshiani

L'économiste international, Noël Tshiani. Ph ENET/Liévin LUZ

L'entérinement par l'ordonnance du Chef de l'État de Denis Kadima à la tête de la commission électorale nationale indépendante (CENI) ne cesse de susciter des réactions dans les classes politiques et sociales.

Si la classe politique de l'opposition et une partie de la classe sociale recourent dans la rue pour obtenir une CENI non politisée, la CENCO quant à elle a pris la décision de se retirer dans les 8 confessions religieuses reconnues dans le choix du président de la commission électorale pour le non-consensus lors de la désignation de Denis Kadima.

Quoi faire alors pour tourner la page Kadima et aller de l'avant ? C'est la question que se pose le candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2018, Noël Tshiani.

Sur ce, l'initiateur de la proposition de loi "de père et de mère", propose quant à lui la réforme consensuelle de la loi électorale ; non-limiter la capacité de l’observation nationale.

Par ailleurs, il propose aussi la nomination des personnes compétentes et apolitiques dans l’administration de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Jean-Paul Tshimanga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *