RDC-Procès 100 jours: ”La condamnation de Vital Kamerhe est un règlement des comptes politique…” [Alain Daniel Shekomba]

Alain Daniel Shekomba ,acteur politique congolais ©photo de tiers

Ecouter cette information

Pas de justice équitable dans ce procès de 100 jours dénonce, L’ex candidat à la présidentielle de 2018, Alain Daniel Shekoma Okende considère que la condamnation du directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe à 20 ans de travaux forcés est un règlement des comptes politiques.

”FCC-CACH reposait sur un triangle qui n’était pas équilatéral, mais les deux autres partenaires de Kamerhe, c’est à dire Kabila et Tshisekedi veulent être candidats en 2023, ont éliminé Kamerhe pour pouvoir être les seuls à remplir leur accord qui consiste à ce que Kabila devienne président en 2023”, a-t-il indiqué, à election-net.com.

Cependant, poursuit-il que L’accord de Nairobi signé entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe a donné naissance à la coalition Cap Pour le changement, (CACH) qui prévoyait la candidature de Vital Kamerhe, a été violé par le président Félix Antoine Tshisekedi pour rassurer ”son partenaire” Joseph Kabila.
”Ce qui fait que l’on dise qu’il y a un règlement des comptes politique à Vital Kamerhe”, a martelé Alain Shekomba.

”Je ne vois pas comment Kamerhe, qui était un Directeur de Cabinet du Président puisse avoir le pouvoir de donner des ordres aux ministres, à la Banque centrale sans que son chef ne soit informé, je pense que c’est un règlement des comptes politiques et n’a rien de justice”, a t-il estimé.

Pour lui, les personnes qui méritent d’être en prison aujourd’hui, c’est Joseph Kabila et le président actuel Félix Antoine Tshisekedi, qui, selon lui n’ont pas respecté la constitution, et ont mis en congé technique le gouvernement de Bruno tshibala pour vider les caisses de l’État.

En rappel, le verdict du tribunal est tombé ce samedi 20 juin 2020, Vital Kamerhe, ”faiseur des rois”, a été condamné par la justice congolaise à 20 ans de travaux forcés. À côté de sa peine, le tribunal a également interdit du désormais ex direcab du droit de vote et l’inéligibilité.

Prince Bagheni, à Goma