RDC/Présumé détournement des deniers publics : Matata Ponyo soutenu par le secrétaire général de l’ONU

Matata Ponyo, ex premier ministre congolais. Ph. Tiers

Antonio Guterres, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies est revenu sur le dossier en justice de Matata Ponyo, ancien premier ministre de la RDC et sénateur.

C’était lors de la présentation, mardi 5 octobre devant le Conseil de sécurité, de son rapport sur la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco). Antonio Guterres a fait part au Conseil de sécurité de ce qu’il a qualifié de « non-dits » de la pression judicaire exercée sur l’ancien Premier ministre Matata Ponyo Mapon »,

« (…) Les allégations portées contre le sénateur Augustin Matata Ponyo (indépendant) au sujet d’une mauvaise gestion des fonds publics, du temps où il était Premier Ministre, de 2012 à 2016, ont également été interprétées par certains acteurs politiques comme un moyen de neutraliser un éventuel candidat présidentiel ».

A la demande d’Antonio Guterres, renchérit, les quinze membres du Conseil de Sécurité ont ainsi été saisis mais aussi le Comité des sanctions ciblées a été mis en alerte, sur l’affaire Matata Ponyo.

Ce rapport exhaustif d’Antonio Guterres s’est attardé particulièrement sur des points importants qui polluent le climat politique en RDC. « Notamment, la loi sur la « congolité », cette proposition de loi dite ‘‘Loi Tshiani’’ qui réserve la fonction présidentielle qu’aux seuls Congolais nés de père et mère, qui a aussi été portée à la connaissance du Conseil de sécurité.

Liévin LUZOLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *