RDC: Présidentielle au suffrage indirect, l'UDPS répond au FCC

Augustin Kabuya, secrétaire général de l'UDPS devant ses militants/ photo tiers

Un groupe de sénateurs membres du FCC, propose dans le cadre des réformes électorales, soutiennent les élections présidentielles au suffrage indirect.

Ces derniers, comme l'a déclaré Ngoy Kasanji, estiment que les élections au suffrage direct coûte beaucoup d'argent à la RDC.

"Chaque 5 ans, si le pays doit dépenser des milliers et milliers de dollars pour organiser les élections alors qu’on en a même pas pour reconstruire le pays, on devrait réfléchir pour aller vers l’élection indirecte du président de la République”, a-t-il affirmé .

Une provocation de plus de la part du FCC, selon Augustin Kabuya, Secrétaire général a.i. de l'UDPS qui appellent les Sénateurs du FCC, a plus de retenu.

"Qu’ils arrêtent d’énerver la population. Au nom de quel principe on peut changer la loi sur la forme des élections”, s'interroge t-il .

Lors de sa sortie médiatique de ce mardi 08 Septembre, le Secrétaire général a.i., au nom de l'UDPS, promet de barrer la route à la machine FCC qui cherche les voies et moyens pour revenir au pouvoir. Il dénonce par ailleurs l'hypocrisie de leur partenaire.

"Nos amis ne sont pas sincères envers nous. Quand ils font cette déclaration, c’est une déclaration concertée où ils le font parce qu’ils cherchent à s’imposer", ne digère donc pas Augustin Kabuya.

Le FCC appelle déjà les parlementaires à envisager cette option. La session de Septembre qui débute le 15 du mois en cour, risque d'être très compliquée.

Joël Mesa Nzuzi